Valentin Saurs (SU Agen)
Valentin Saurs a inscrit le premier essai d'Agen face à Montpellier, dimanche. | NICOLAS TUCAT / AFP

Top 14 - 4e journée : Agen s'offre Montpellier (29-10)

Publié le , modifié le

Agen s'est offert un joli succès face à Montpellier, dimanche 15 septembre. A l'occasion de la 4e journée de Top 14, le SUA a fait tomber un MHR qui est apparu sans solution, mis à mal par des Agenais portés par un Raphaël Lagarde des grands jours.

Il a été le grand bonhomme de la mi-journée du côté d’Agen, forgeant (presque) à lui seul le succès du SUA face à Montpellier. Un essai, une transformation, quatre pénalités… Avec 16 points, Raphaël Lagarde a rendu une copie majuscule à Armandie pour permettre à son équipe de s’offrir un deuxième succès cette saison.

Montpellier sans solution

Le MHR est donc venu buter sur un demi d’ouverture à qui tout a quasiment réussi. Seul son deuxième coup de pied pour tenter de transformer l’essai de Valentin Saurs (11e), qui a fui les poteaux, et quelques rares maladresses sont venus porter une légère ombre à une prestation aboutie.

Surtout, son numéro en solitaire à une demi-heure du terme a ouvert les portes d’un succès qui ne se sont jamais refermées. Derrière une mêlée, l’ouvreur tape un coup de pied par-dessus la défense, bénéficie d’un rebond à son avantage et file dans l’en-but (47e).

De quoi porter un coup au moral des joueurs de Xavier Garbajosa, d'autant qu'Agen jouait alors à 14 après le carton jaune reçu par Jamie Taulagi (43e). Malgré l’essai d’Yvan Reilhac (26e), puis celui refusé à Anthony Bouthier (43e), les Héraultais n’ont jamais été en mesure de déstabiliser des Agenais qui ont enfoncé le clou sur une ultime action grâce à Benito Masilevu (80e).

Handicapé par les absences internationales et une infirmerie remplie, Montpellier est apparu en difficulté, brouillon et sans génie, concédant son deuxième revers de la saison. De son côté, Agen s’affirme et lance son championnat avec un deuxième succès. Preuve certainement que le lourd revers en ouverture contre Toulon n’était qu’un faux départ.

Maxime Gil gil_maxime_34