Rugby Stade Français Attoub David 122009
Le pilier du Stade Français David Attoub suspendu 70 semaines | AFP

Suspension écourtée pour Attoub

Publié le , modifié le

La Fédération française de rugby (FFR) a accepté la proposition de conciliation du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) ramenant à 52 semaines en France la suspension du pilier du Stade Français David Attoub. Ce dernier pourra donc être requalifié au niveau national à compter du 18 décembre 2010 au lieu du 23 avril 2011 initialement prévu.

"Ca reste une déception parce que je pensais rejouer en août, a confié Attoub au site internet Rugbyrama. Au départ, le conciliateur avait fait une proposition de réduction à 35 semaines. J'aurais préféré qu'ils acceptent celle-là." Au final, sa "peine" n'a été réduite que de 18 semaines et courra donc sur deux saisons. Une annonce difficile à digérer pour le pilier du stade Français qui n'écarte pas la possibilité de faire appel de cette nouvelle décision. "Je vais me donner un temps de réflexion avec le club et mon avocate", a-t-il expliqué. D'ici là, Attoub s'emploie à conserver une bonne condition physique : "Je continue à m'entraîner tous les jours. C'est important de rester en forme et de ne pas me laisser aller. Quand on s'arrête longtemps, on a beaucoup de mal par la suite et je préfère continuer à travailler pour revenir au plus vite à mon meilleur niveau quand il le faudra."

En décembre dernier, David Attoub avait été suspendu par une commission de discipline de l'ERC (organisateur de la Coupe d'Europe) pour 70 semaines pour une "fourchette" (contact des doigts dans la zone oculaire d'un adversaire) sur l'Irlandais Stephen Ferris lors de la défaite (13-23) du club parisien en Ulster, le 12 décembre en Coupe d'Europe. La sanction avait ensuite été confirmé en appel.  Le joueur et son club avaient alors saisi le CNOSF pour conciliation après que la Commission mixte d'extension de la FFR et de la Ligue nationale (LNR) eut décidé le 8 avril d'étendre cette suspension aux compétitions françaises.

Isabelle Trancoën