Van Niekerk Joe Toulon plaqué 09 2010
Le Toulonnais Joe Van Niekerk | AFP - Vincent Beaume

Stress à tous les étages

Publié le , modifié le

La 24e journée de Top 14 samedi pourrait être décisive à bien des égards, tant dans le haut du tableau, où quatre équipes peuvent encore prétendre accrocher les deux places de barragistes, que dans la lutte pour le maintien, où rien n'est encore vraiment jouée. A deux journées de la fin, l'indécision reste de mise, et les points pris seront plus que jamais précieux.

Clermont, Biarritz, Toulon, USAP: victoires obligatoires !

Si le Stade Toulousain a d'ores et déjà  son billet en poche pour les demi-finales, il n'entend pas se rendre en touriste au Stade Vélodrome de Marseille  pour affronter un RCT qui lui est lancé à la poursuite d'une qualification, au mieux dans les quatre, au pire place pour les barrages, et a donc absolument besoin de s'imposer. Pour Toulon, la venue des Toulousains n'est pas forcément une partie de plaisir, d'autant que les hommes de Novès, qui ont deux compétitions sur la feu avec la Coupe d'Europe, entendent bien se servir de ce match comme une répétition grandeur nature dans la préparation des grosses échéances qui les attend. Mais les Varois n'ont maintenant plus le choix.

L'USAP non plus ne peut plus se permettre de faux-pas. Malheureusement le calendrier place sur leur route une équipe du Racing-Métro devenue cette saison une très grosse cylindrée du championnat. Perpignan vient de se rassurer en se qualifiant pour la demi-finale de la coupe d'Europe, mais en même temps dans une situation délicate pour aller chercher les play-offs. Perturbée par des blessures en cascades, l'équipe catalane a réalisé une saison de paradoxe, capable de se sortir de certaines rencontres mal engagées ou complètement dépassée en d'autres circonstances. Les champions de France 2009 annoncent qu'ils se battront sur tous les fronts. Ils auront bien besoin de cette force de caractère, car jusqu'à la fin de la saison ils n'auront plus que des matches couperets puisqu'ils affronteront ensuite successivement Castres et Toulon.
Avant cela, ils vont devoir passer l'obstacle parisien. En cas de défaite, ils seraient sans doute totalement écartés de la course au titre.

Le Stade Français et l'Aviron dans la galère

Pour le Stade Français, il y a longtemps que le titre n'est plus qu'une illusion. Il va toutefois tenir son rang jusqu'à la fin du championnat en essayant de ne pas trop laisser de plumes dans la perspective d'aller remporter le challenge européen, avec à la clé une place en coupe d'Europe qu'ils n'auront pas pu décrocher dans ce Top 14. Ce sésame européen et les rentrées financières qui l'accompagneraient seraient les bienvenus pour le club parisien qui traverse, comme l'année dernière, une zone de turbulence que les piètres résultats sportifs n'ont pas calmée. Pour s'imposer dans le petite coupe européenne, les hommes de Cheika devront sortir Clermont en demi-finale. Et hasard -heureux ou malheureux, l'avenir le dira- du calendrier, ils vont pouvoir sérieusement s'étalonner contre ces mêmes Clermontois lors de cette 24e journée, dans une ambiance de fête au Stade de France. Si l'équipe parisienne va manquer la phase finale pour la deuxième saison consécutive, le champion de France en titre n'est pas non plus certain d'y être. Du côté des Auvergnats, cette fois il ne faut plus calculer; ils n'ont plus d'autres choix que de gagner alors que le Stade Français n'aura rien à perdre. 

Rien n'est fait en revanche pour Biarritz.qui n'aborde pas forcément la réception de Brive dans des conditions optimales. Le BO, qui a mis ses joueurs épuisés par le combat européen au repos en début de semaine, sera finalement privé d'Imanol Harinordoquy et très probablement de Sylvain Marconnet en plus de Damien Traille, trois pièces maîtresses dont l'absence risque de nuire au rendement d'une équipe biarrote qui elle aussi a besoin de points. Ce sera d'autant plus difficile qu'en face, Brive vendra sans doute chèrement sa peau. Les Corréziens n'ont plus qu'un coup de reins à donner pour sauver leur place, dans la lutte pour le maintien qui les opposent à La Rochelle et Agen.

Castres a un pied en demi-finale et pourrait y mettre le deuxième dès samedi en profitant de son déplacement à Bourgoin. La lanterne rouge est déjà tournée vers l'avenir. On voit mal cette équipe berjallienne, complètement déstabilisée et qui, même lorsqu'elle s'applique à résister, finit souvent par perdre pied, prendre en défaut une formation castraise au contraire très équilibrée, très solide, et surtout très rigoureuse, qui ne laissera sans doute pas passer l'occasion de faire gonfler son capital points.

Enfin dernier match au programme, celui qui mettra aux prises Montpellier, pratiquement qualifié pour le dernier carré, face à une équipe de Bayonne dont la situation en coulisses est assez troublée avec la démission du président, la prise de pouvoir du clan Afflelou et l'annonce réitérée de la prochaine venue de Bernard Laporte. Cela va-t-il ou non perturber les joueurs ? Réponse sur la pelouse héraultaise pour l'Aviron qui cette saison n'en finit pas de ramer.