Stade Toulousain - Stade Français, destins croisés

Stade Toulousain - Stade Français, destins croisés

Publié le , modifié le

Habitué à la deuxième partie du classement ces 5dernières saisons, le Stade Français vient à Toulouse, lors de l'ultime match de la 8e journée du Top 14, avec une belle 3e place en poche. A l'opposé, passé à côté des phases finales pour la première fois en 20 ans en mai dernier, le Stade Toulousain se trouve relégable, après cinq défaites consécutives. La confiance a clairement changé de camp, mais le choc des Stades est toujours particulier.

Le Stade Toulousain face au Stade Français, c'était devenu un événement. Sportif et médiatique. A eux-deux, les clubs ont trusté douze des quinze titres de champion de France entre 1994 et 2008 (7 pour Toulouse, 5 pour Paris). Mais ces dernières saisons, l'affiche avait du plomb dans l'aile, la faute à une nette baisse dé régime des Parisiens, privés de demi-finales ou de barrages depuis 2009. De la 7e place (la saison passée comme en 2011-2012) à la 11 (2010-2011), ils n'occupaient plus les premiers rôles dans l'Hexagone, contrairement aux joueurs de Guy Novès. Ce début de saison a inversé les rôles.

Après avoir gagné leur place en barrage de la Coupe d'Europe (dominés par les Wasps), les joueurs de Gonzalo Quesada ont aligné les bonnes performances. Deux petites défaites en tout et pour tout, à Oyonnax et Montpellier, et surtout des victoires à Castres ou Toulon, voilà comme le Stade Français se retrouve sur le podium du Top 14. Tout sauf un hasard. Les prémices de cette embellie de résultats datent de la saison passée, et ont pour grande figure Jules Plisson ou Djibril Camara, auxquels s'est ajouté notamment un Digby Ioane.

Deux défaites d'un côté, deux victoires de l'autre

Bilan totalement opposé pour Toulouse: avec seulement deux victoires au compteur, et une série terrible de cinq défaites consécutives. "Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre beaucoup plus de matches", glisse lucidement Luke McAlister, le demi d'ouverture All Black du Stade. "Nous savons que nous devons gagner mais la question est comment", souligne-t-il sur le site internet du club. "Ce ne sera pas facile mais c'est une des raisons pour lesquelles j'aime jouer : relever des défis. En tant que joueur professionnel, on veut se mesurer à ce qui se fait de mieux."

En ce moment, il y a onze équipes à être mieux que le Stade Toulousain. Une situation rare pour le quadruple champion d'Europe, qui doit encore faire face à de nombreuses défections (suspension de Flynn, blessures de Tolofua, Millo-Chluski, Poitrenaud, Picamoles...). Guy Novès aura donc recours à la jeunesse de son équipe, pour remporter le choc des Stades.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze