Uini Atonio, le capitaine du Stade Rochelais, défie Yann David (Stade Toulousain)
Uini Atonio, le capitaine du Stade Rochelais, défie Yann David (Stade Toulousain) | XAVIER LEOTY / AFP

Stade Rochelais et LOU, promus conquérants

Publié le , modifié le

Les deux clubs provenant du ProD2, La Rochelle et Lyon, ont montrés ce week-end qu’il faudrait compter avec eux cette saison. Respectivement victorieux du Stade Toulousain (37-25) et de Brive (24-6), Maritimes et Rhodaniens, qui disposent d’une belle assise populaire, peuvent clairement croire au maintien. Même si la route est longue.

Le Lyon Olympique Universitaire (LOU) et l’Atlantique Stade Rochelais (ASR), qui recevaient dans leurs stades respectifs pour la première fois de la saison, ont réussi à affirmer leur suprématie à domicile lors de ce dernier week-end du mois d’août. Qui plus est devant plus de 9 000 spectateurs à Lyon, et carrément 15 000 à La Rochelle qui évoluait à guichets fermés face à Toulouse.

Engouement à domicile

*Le redressement le plus spectaculaire est à mettre au crédit du promu rochelais, lourdement défait lors de ses deux premières sorties (97 points encaissés) et splendide vainqueur de Toulouse dans un Marcel-Deflandre en ébullition. En inscrivant trois essais dont un doublé de la recrue australienne Alofa Alofa, vainqueur du Super 15 avec les Waratahs en juillet, les Jaune et Noir ont enflammé le pré en débordant dans la dernière demi-heure le club aux 19 Boucliers de Brennus. 

Lyon s’est également relancé après ses deux défaites initiales, concédées sans démériter à Bordeaux (18-9) et à Paris (23-20) alors que le match nul lui tendait les bras. Dans leur antre du Matmut Stadium agrandi d’une tribune par rapport à la saison passée (de 8 000 à 11 800 places), les Rouge et Noir ont maté Brive (24-6) à l’issue d’un match rondement mené quoique décousu.

Azam: "Oyonnax sera déterminant"

Deux essais de Toby Arnold ont récompensé les locaux face à des Corréziens loin de leur meilleur niveau. Cette victoire, la 16e d'affilée à domicile depuis le 28  avril 2013, prouve qu’il sera difficile d’aller s’imposer là-bas, même si 15 de ces succès ont été acquis en Pro D2. Oyonnax viendra mettre à l'épreuve cette série samedi prochain dans un duel qui s’annonce déjà déterminant.
Oliver Azam, l’entraîneur du LOU, se satisfaisait de ce dépucelage réussi : "Avoir  ramené un point du déplacement au Stade Français avait prouvé qu'on avait le niveau. Mais il faudra élever notre niveau pour le prochain match contre Oyonnax. Il faudra  s'appuyer à nouveau sur notre défense et améliorer notre discipline".

Même son de cloche du côté du Stade Rochelais : Fabrice Ribeyrolles, l’entraîneur des  lignes arrières, se réjouissait de la performance de ses ouailles qui lance totalement la saison: "On a eu un début de saison compliquée, on se devait de faire un grand match aujourd'hui pour notre public qui a répondu fidèlement et pour cette inauguration de la tribune. Ce qui a changé par rapport à la semaine dernière, c'est notre précision, dans  le jeu au pied, nos lancements, avec cette envie de ne rien lâcher."

Gourdon: "Hyper positif"

Propos corroborés par le 3e ligne Kevin Gourdon : "Cette victoire fait du bien, tout le monde l'attendait. Pour une fois on a joué à 15 contre 15, c'est hyper positif. Cette semaine, on a eu un petit mal de tête après avoir  pris  60 points même si c'est à Toulon. On a bien bossé, on a tout bien appliqué les consignes."

Pour les deux promus, ces succès donnent le tempo, dans la lignée de l'exercice précédent, achevé par une montée directe pour le LOU et des play-offs admirablement exécutés par le Stade, tombeur de Pau et Agen en mai. Toute la saison, les soi-disant "petites équipes" seront surmotivés devant leur public. Dans l'optique du maintien, chaque faux-pas à domicile comptera triple et tout bonus défensif glané à l'extérieur vaudra de l'or. Lyon et La Rochelle l’ont parfaitement compris.

Grégory Jouin @GregoryJouin