Stade Français - Oyonnax : malheur au perdant

Stade Français - Oyonnax : malheur au perdant

Publié le , modifié le

Le Stade Français, 12e, accueille Oyonnax, avant dernier du championnat, cet après-midi à 15h pour le compte de la 23e journée de Top 14. Avec dix points d’avance sur son adversaire du jour, le club parisien n’a toujours pas assuré son maintien et pourrait grandement se compliquer la tâche en cas de défaite. De leur côté, les joueurs de l’USO doivent impérativement l’emporter s’ils veulent continuer à rêver d’élite pour la saison prochaine.

A Paris, les montagnes russes ne font pas rire tout le monde. Sacrés champions de France la saison passée, les joueurs du Stade Français jouent un an plus tard pour ne pas descendre. « Tout le monde a conscience des problèmes que l'on a et réalise que le club est au bord du précipice » a notamment déclaré le demi de mêlée Julien Dupuy mercredi en conférence de presse. Reste que si la prise de conscience semble effective, sur le terrain les résultats se font toujours attendre. La dernière victoire du club remonte au 19 mars face à La Rochelle (33-20) et la zone rouge se rapproche dangereusement.

La situation est telle que cet après-midi, l’objectif principal sera de ne surtout pas perdre comme l’a rappelé Antoine Burban en conférence de presse : « Si on perd, on n'est pas bien, on se mettrait dans le rouge pour la fin de saison ». Une défaite parisienne relancerait Oyonnax dans la course au maintien. Cette dernière équipe reste sur une victoire lors de la dernière journée face à La Rochelle (17-16) et a à chaque fois battue les Stadistes lors de leurs trois dernières confrontations. Et si la position actuelle du club de l’Ain est nettement moins confortable que celle du Stade Français, du point de vue comptable rien n’est encore fait.

Mais avant de sortir la calculette, l’entraîneur de l’USO Johann Authier souhaite revenir aux essentiels : « Prenons du plaisir mais, quand je dis plaisir, c'est dans le combat aussi, dans les choses simples que nous amène ce sport et allons y sans pression, avec de l'appétit et les comptes, on les fera à la fin »

Marine Couturier @Marine_Ctrier