Jonathan Sexton
Jonathan Sexton | NICOLAS TUCAT / AFP

Sexton: "Difficile de quitter le Racing"

Publié le , modifié le

L'ouvreur vedette irlandais Jonathan Sexton a expliqué les raisons de son départ du Racing-Métro qu'il est "difficile de quitter", soulignant son attachement profond au Leinster, "un club près de (s)on coeur", et à l'Irlande. Flanqué du président du Racing Jacky Lorenzetti et des entraîneurs Laurent Labit et Laurent Travers, Sexton (29 ans, 48 sél) s'est exprimé une vingtaine de minutes en français, martelant à quel point sa décision avait été "difficile" à prendre.

Qu'est-ce qui a motivé votre départ ?
Jonathan Sexton: "J'ai fait un choix pour ma famille. Depuis la naissance de mon  fils, c'est plus difficile ici pour ma femme. L'Irlande nous manque et la  famille en Irlande nous manque. La deuxième raison (de mon départ), c'est ma  carrière internationale. Pour moi c'est très difficile de faire les deux (club  et sélection) ensemble. Pendant le Tournoi des Six nations l'année dernière,  c'était difficile d'aller en Irlande pour un match, de revenir en club pour un  autre match. J'ai manqué des stages de l'équipe d'Irlande. C'est difficile pour  tout le monde, les entraîneurs ne pouvaient pas faire certaines choses sans  moi. Je suis le seul joueur qui joue en France et c'est une pression  supplémentaire sur les épaules."
   
Et vous rejoignez-donc le Leinster...
J.S: "C'est mon club irlandais. J'y ai passé beaucoup d'années. C'est un club  qui est près de mon coeur. C'était une décision difficile de quitter le Racing  mais facile de rejoindre le Leinster. J'ai eu l'opportunité de signer pour  quatre ans, c'est un beau contrat. Mais je n'ai pas signé ici pour juste  l'argent et je ne retourne pas en Irlande pour l'argent. C'est probablement  beaucoup moins (en Irlande) mais ma famille est la chose la plus importante et  ma carrière internationale est aussi très importante."
   
Avez-vous vraiment eu peur de perdre votre place en équipe nationale si  vous restiez en France ?
J.S: "Oui, oui. Il y a quelques autres joueurs qui dans les deux-trois  prochaines années qui vont devenir meilleurs et avoir plus d'expérience, avec  la Coupe d'Europe notamment. (le sélectionneur) Joe Schmidt préférait aussi que  je sois en Irlande. C'est plus facile pour lui de contrôler les matches que je  peux jouer. Il m'a beaucoup parlé ces trois-quatre derniers mois et il m'a dit  qu'il voulait que je signe au Leinster et en Irlande.
   
Au vu de ces difficultés, avez-vous des regrets d'avoir signé au  Racing-Métro ?
J.S: "Non. C'était une expérience incroyable. J'ai rencontré beaucoup de  joueurs, de nouveaux entraîneurs. Je travaille avec les meilleurs joueurs en  France, comme Brice Dulin, Maxime Machenaud, Dimitri Szarzewski, Bernard Le  Roux. Je me suis fait des amis comme Wenceslas Lauret, les Gallois (Lydiate,  Phillips, Roberts)... Je suis content d'avoir signé ici. C'était une décision  difficile. Mais j'ai parlé avec les entraîneurs et ils me comprennent. Le  Racing est mon club français. Je voudrais signaler que je n'ai jamais parlé  avec d'autres clubs français, c'est important pour moi de dire ça. Je n'ai  jamais parlé avec Toulon comme certains journalistes en Irlande l'ont écrit la  semaine dernière. Mais c'est la dernière fois que je parle de mon contrat. Je  veux me concentrer sur le rugby maintenant, je veux gagner beaucoup de matches  et un titre pour le Racing."

AFP