Filipo Nakosi célèbre son essai et la victoire de Toulon contre Castres lors de la 3e journée du Top 14 2018-2019

Rugby - Top 14 : Toulon bat Castres (28-27) et s'offre un thriller pour lancer sa saison

Publié le , modifié le

Après deux revers, Toulon a débloqué son compteur, et de quelle manière ! Le RCT est venu à bout de Castres (28-27) en toute fin de match dimanche grâce à un essai de Filipo Nakosi à deux minutes de la sirène. Le club de la Rade a pourtant fini à 14 après l'expulsion de Mathieu Bastareaud pour brutalité. Un incident finalement sans trop de conséquence, si ce n'est pour le champion de France, battu pour la première fois de la saison.

Le Toulon de Patrice Collazo a enfin remporté sa première victoire en Top 14, au courage et au finish (28-27), face au champion de France, Castres, et a enfin lancé sa saison, dimanche à Mayol.

"La saison est lancée", a lâché Sébastien Tillous-Borde, l'entraîneur des arrières toulonnais. Ses premiers points, le RCT les a arrachés d'un bond "à la Ashton" de Filipo Nakosi à la 77e minute quand, mené (27-23), il poussait pour éviter une troisième défaite en trois journées.

"Un geste débile" et Bastareaud voit rouge

A croire que le carton rouge de Mathieu Bastareaud, pour avoir asséné un "gauche" à Christophe Samson à terre, a dopé les siens. "C'est débile", a regretté le puncheur, "dégoûté d'avoir laissé les copains sur le terrain. (...) Mais ils ont montré qu'on avait du caractère et de l'orgueil". "Capitaine Basta" est sorti sous les vivats de Mayol, ravi de son coup de poing, et les siens ont fini le travail, à 14 contre 14, puisque Samson avait pris un jaune pour avoir étranglé "Basta".

Le nouveau manager Patrice Collazo tient son premier succès, mais il n'a tenu qu'à un fil. En-avants et indiscipline ont longtemps gâché les efforts collectifs du RCT, matés par le pied sûr (17 points) de Benjamin Urdapilleta. "Le jour où on va arrêter les cadeaux à l'adversaire, ça va être plus simple pour gagner les matches", regrettait Juan-Martin Fernandez-Lobbe, entraîneur en charge des avants varois.

Avec quatre essais et une volonté constante d'avancer, Toulon a mérité sa victoire dans un Mayol tout de rouge vêtu, à l'appel du président Mourad Boudjellal, mais pas plein (13 136 spectateurs pour une contenance de 17 500 places).

Des choix tactiques et une première victoire pour Collazo sur la Rade

Collazo avait fait des choix : le capitaine des Bleus, Guilhem Guirado, n'a quitté le banc qu'à la mi-temps, pour remplacer Étrillard, et Bastareaud était titularisé pour la première fois, comme l'arrière australien Jonah Placid, après 16 mois de blessures, alors que la nouvelle pépite All Black, Julian Savea, était aligné à l'aile gauche.

Cette victoire va contribuer à faire retomber la pression sur le RCT entré férocement dans son match et auteur de son premier essai par Liam Messam dès la 4e minute. Mais, rapidement, les Toulonnais ont été victimes de la maîtrise des Castrais, auteurs d'une longue phase de jeu au bout de laquelle Martin Laveau marqua le long de la ligne (11e).

Puis Toulon a traversé un gros trou d'air qui lui a coûté 13 points, soit deux pénalités d'Urdapilleta (23e, 25e) et un essai de Rory Kockott sur un contre, après une très mauvaise passe de Messam. Le Néo-Zélandais essayait de relayer le demi de mêlée Rhys Webb, qui venait de se blesser, mais a adressé une passe "chipée" par les Castrais (28e).

A l'orgueil, le RCT a réduit le score sur l'engagement suivant, Stéphane Onambele partant côté fermé pour marquer un essai en coin (31e). Les Rouges marquaient encore un essai à la mode Mayol vieille époque, sur un maul impressionnant, signé Sébastien Taofifenua (48e), mais Urdapilleta maintenait une petite marge pour le CO (20-27) à l'entrée des cinq dernières minutes.

C'était sans compter sur une pénalité de Carbonel (75e) et donc cet essai de Nakosi, au bout du suspense, pour offrir une victoire quasi-inespérée aux Toulonnais. Et surtout, une grande bouffée d'air frais.

AFP