Jamie Cudmore
Le Clermontois Jamie Cudmore empêche le Racing d'avancer... | AFP - Thierry Zoccolan

Retière: le Racing "en train de se redynamiser"

Publié le , modifié le

Didier Retière, qui a récemment intégré le Racing-Métro comme consultant pour le jeu d'avants, juge que le club des Hauts-de-Seine, qui se déplace samedi à Toulon lors de la 21e journée du Top 14, "est en train de se redynamiser" après un passage difficile mais "salutaire."

Comment définissez-vous votre rôle au Racing ?
"J'apporte une expertise sur des points particuliers du jeu, et plus particulièrement sur le jeu d'avants: la mêlée, la touche, la défense spécifique. Je suis moins sollicité pour le suivi de l'équipe en match, la préparation stratégique, etc... On échange sur les orientations mais ce n'est pas moi qui prépare tout ça. Je suis un entraîneur d'avants, mais à temps partiel."

Comment jugez-vous l'ambiance au sein du club, qui a connu récemment une zone de turbulences ?
"Entre ce qui est véhiculé à l'extérieur et la réalité à l'intérieur, il y a toujours pas mal d'écart. J'ai connu ça avec l'équipe de France. C'est un club attractif donc forcément médiatisé et ça amplifie un peu les faits. C'est vrai que quelques défaites se sont enchaînées et ça a forcément amené un peu de difficulté dans les relations. Moi, j'ai trouvé un groupe de joueurs solidaires avec l'envie d'être performants et un staff qui essaie de faire le maximum pour que ce soit le cas. Après, c'est normal qu'à certains moments, il y ait un peu de frottement. Mais globalement c'est un club avec une ambiance sympa, plutôt décontractée, avec un groupe à fort potentiel."

Le Racing a tenté de développer un jeu plus ambitieux cette saison, avec des résultats contrastés...
"L'équipe veut continuer de faire évoluer son jeu, essayer d'être la plus performante possible. Cela demande parfois de changer des habitudes et ça ne vient pas du premier coup. On sait que ce championnat est long, exigeant, on le voit avec des équipes entre guillemets plus modestes qui viennent perturber les grosses équipes à domicile. Le Racing est passé par là mais je crois que l'équipe est en train de se reconstruire, de se ressouder et de se redynamiser. On peut terminer la saison sur un résultat très intéressant. Peut-être que cette petite crise aura finalement été salutaire pour l'investissement de tous."

Quel sera votre employeur la saison prochaine ? Le Racing où la Fédération française de rugby ?
"Pour l'instant, je ne sais pas. Je me sens bien au Racing, les relations sont plutôt bonnes. Et d'un autre côté, la Fédération est presque ma deuxième maison. J'y suis à l'aise et j'ai aussi la sensation qu'il y a un vrai potentiel, une vraie volonté d'évoluer et d'apporter de la nouveauté au rugby français. C'est un choix difficile et pour l'instant, je n'arrive pas à choisir. Ce qui est sûr, c'est que cette double-casquette était vraiment ponctuelle et que ce sera fini à la fin de la saison et même dès le mois de juin avec le Mondial de l'équipe de France des moins de vingt ans en Afrique du Sud."

AFP