Racing Metro Toulon Chabal Wilkinson 12 2009
Sébastien Chabal au contact de Jonny Wilkinson | AFP - Bertrand Langlois

Racing/Toulon, un parfum de finale

Publié le , modifié le

Le Métro-Racing affronte samedi à Colombes le Rugby Club Toulonnais pour le choc de la 8e journée. Entre ces deux ambitieux qui n'ont pas encore atteint leur pic de forme mais qui visent la finale en juin prochain, l'affiche –identique à la finale du championnat 1987- promet beaucoup. Toulouse, qui reçoit Bordeaux-Bègles, espère profiter du déplacements de Castres à Montpellier (Clermont ayant maté Perpignan 39-3 vendredi) pour doubler le CO classement.

Il y a 24 ans, Nouvelle-Zélande/France constituait déjà une finale de Coupe du monde et les deux pays se retrouvent dimanche en finale de l'édition 2011. En 1987, la finale du championnat de France opposait le RC Toulon au Racing Club de France et, coïncidence, les deux formations se jaugent également ce week-end. Les Franciliens, qui restent sur trois défaites consécutives, doivent se reprendre contre une équipe varoise qui vise un succès à l'extérieur pour effacer son échec à Mayol contre Clermont (17-0). Le troisième ligne Sébastien Chabal ne sera toujours pas de la partie. Il est encore en délicatesse avec son épaule gauche. "On préfère utiliser Sébastien à 100% plutôt que pas totalement guéri et risquer une rechute", a commenté l'un des entraîneurs, Philippe Berbizier, qui déplore de n'avoir pu aligner la même équipe en première ligne trois matches de suite en raison des blessures et de la Coupe du monde. "J'espère que nous pourrons relever le défi qui s'annonce avec Toulon. Quand on joue Toulon, les joueurs savent que s'ils ne sont pas prêts, ils seront punis". Pour le jeune centre Henry Chavancy, ce sera un match très important. "On n'a plus le droit à l'erreur. En plus c'est notre concurrent direct. Aujourd'hui on ne fait plus peur, on doit avoir un peu de fierté."

A toulon, c'est l'hécatombe en troisième ligne: en plus d'Olivier Missoup (suspendu à titre provisoire par la Ligue nationale de rugby pour son altercation avec le Montpelliérain Rémy Martin), Juan Martin Fernandez Lobbe et Stéphane Munoz, victimes d'entorses à un genou, Joe Van Niekerk est lui aussi sur le flanc. Victime d'un décollement de la plèvre début septembre à Bayonne, le capitaine du RCT a rechuté en début de semaine. Il a été opéré mercredi et devra observer deux mois d'arrêt. Egalement absents, le deuxième ligne Kris Chesney (contusion à un biceps), le centre Mafileo Kefu (douleur aux cervicales) et le deuxième ligne sud-africain Bakkies Botha (talon d'Achille). Le RCT doit encore se passer des mondialistes Alexis Palisson (France) et Matt Giteau (Australie, réserviste) alors que le Fidjien Gabriele Lovobalavu n'a rejoint Toulon que mercredi en raison d'un problème de visa.

Toulouse favori du derby

Parmi les équipes du trio de tête, c'est le Stade Toulousain qui possède la meilleure carte ce week-end. Les Rouge et Noir accueillent l'UBB pour un derby de la Garonne a priori déséquilibré même si Luke McAlister est incertain. Même incertitude pour Jean Bouilhou, qui a encore eu des soucis avec l'épaule qui l'a empêché de participer aux trois premiers matches de la saison, et Sylvain Nicolas, victime d'une entorse d'une cheville lors du match à Castres. Les Mondialistes Patricio Albacete, Nicolas Vergallo et Census Johnston pourraient faire leur apparition dans le groupe mais "nous tiendrons compte de leur état physique pour ne pas brusquer les choses", a précisé Yannick Bru, l'entraîneur des avants. En face, Bordeaux-Bègles devrait procéder à une large revue d'effectif avec les titularisations de ses mondialistes samoans Ole Avei et Dan Leo et tongien Vungakoto Lilo. La rentrée du centre tongien Andrew Mailei (infection au coude) est repoussée, de même que celle de l'Argentin Nicolas Sanchez, qui a posé ses bagages cette semaine en Gironde.

Le CO, leader avec 26 points, ferait un pas (important) de plus vers la qualification en s'imposant à Montpellier, auteur d'un début de saison délicat à cause du Mondial. Romain Teulet, l'arrière-buteur qui se remet de son entorse, ne fait pas partie du groupe castrais tout comme le pilier Saimone Taumoepeau, touché aux cervicales. Côté languedocien, le demi de mêlée international Julien Tomas, remis d'une grave entorse à la cheville, et la majeure partie des mondialistes, effectueront leur retour. Tomas avait été victime d'une rupture d'un ligament à Paris (19-19) le 9 septembre. Par ailleurs, une semaine après la rentrée à Bayonne (17-26) du 3e ligne Mamuka Gorgodze, huit internationaux devraient être remis dans le circuit. 

Réveil basque attendu

En milieu de classement, la rencontre entre le SU Agen et le Stade Français vaut cher. Le vainqueur pourra regarder vers les places européennes tandis que le perdant se rapprochera de la zone rouge. Agen enregistre les retours du 2e ligne Dewald Senekal (genou), du 3e ligne Ueleni Fono (ménagé) et de l'ailier Brice Dulin (cuisse), tous les trois absents à Clermont. Par ailleurs, le mondialiste argentin Martin Scelzo, fraîchement débarqué de Nouvelle-Zélande, et le 2e ligne anglais Andrew Springgay (épaule) qui a repris la semaine dernière avec les Espoirs, intègrent pour la première fois le groupe, de même que Valentin Courrent, remplaçant, qui couvrira les deux postes de la charnière. Alexis Balès (appendicite), Semesi Telefoni (pectoral) et Marc Giraud (suspendu) sont absents, tout comme les blessés de longue date (Edmond-Samuel, Coux, Nnomo et Dupuy). Le talonneur international argentin Mario Ledesma a fait son retour la semaine dernière à Paris après avoir disputé le dernier match de sa carrière en quarts de finale de la Coupe du monde contre la Nouvelle-Zélande. L'Argentin Rodrigo Roncero ne sera pas aligné samedi. Il s'est blessé lors du quarts de finale contre les Blacks (déchirure à l'adducteur gauche) mais devrait faire son retour sur le terrain la semaine prochaine.

En cas de tableau, les Basques voudront se refaire après une flopée de mauvais résultats. Bayonne se déplace à Brive sans ses atouts majeurs. e manageur de l'Aviron Christian Gajan a convenu qu'il n'avait pas eu grand choix pour former son groupe pour Brive. "Ceux qui ne sont pas blessés jouent", a-t-il déclaré, indiquant ne pas vouloir prendre de risque avec Dwayne Haare (arête iliaque) et Jean-Jo Marmouyet (adducteurs). Joe Pietersen (ischio-jambiers) et Sione Lauaki (cheville) ont rejoint l'infirmerie fréquentée par Thibault Lacroix et Troy Flavell (côtes), sans oublier François da Ros (pouce). Bonne nouvelle avec le retour de Guillaume Bernad (cuisse) tandis que Garth Ziegler est titularisé à l'aile. Fidèle à l'adage qui veut qu'on ne change pas une équipe qui gagne, le CAB s'apprête à affronter Bayonne avec un groupe très proche de celui qui a triomphé face à Biarritz. Les seuls retours à signaler sont ceux d'Olivier Caisso et Thibault Dubarry, en deuxième ligne. Le second devrait d'ailleurs débuter la rencontre au côté d'Arnaud Méla.

Enfin, Biarritz n'a plus le droit à l'erreur au moment d'accueillir Lyon à Aguilera. Le BO aura une consonance très argentine contre le LOU. Le centre Marcelo Bosch et le 2e ligne Manuel Carizza, de retour de la Coupe du Monde, et le pilier Francisco Gomez Kodela, récente recrue, figurent dans le groupe. En attendant le retour de leurs internationaux français, les Basques doivent une nouvelle fois se passer du pilier Eduard Coetzee, toujours sous le choc d'une commotion cérébrale après son KO face à Perpignan. Une incertitude subsiste quant à la participation de l'Anglais Iain Balshaw (lésion ligament du genou). Le jeune ailier Dan Caprice est toujours indisponible (pubalgie). Le LOU pourrait enregistrer les débuts du centre tongien Alipaté Fatafehi et du 3e ligne argentin Juan Manuel Leguizamon, de retour de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. "On rentre dans notre championnat", constate Raphaël Saint-André, le directeur sportif, avant de rendre visite à la lanterne rouge du Top 14 , Biarritz, que sa formation devance de deux points. Dans l'optique de leur maintien, les Lyonnais espèrent remporter leur troisième succès de la saison, une semaine après avoir signé leur première victoire à domicile face au Stade Français.