Le Racing face au RCT
L'arrière francilien Brice Dulin en débordement devant James O'Connor Toulonnais | MAXPPP - PQR - LE PARISIEN - OLIVIER CORSAN

Racing 92-Toulon, un choc en forme de lever de rideau à Lille

Publié le , modifié le

Avant de se retrouver à Colombes dans 15 jours en 1/4 de finale de Coupe d'Europe, le Racing 92, 2e, "accueille" Toulon, 3e, à Lille, en ouverture de la 19e journée du Top 14. Cette affiche (14h45) ne verra pas jouer certaines stars varoises: Bastareaud, S. Armitage, Fernandez Lobbe, Giteau, Guirado, Mermoz, Smith, Mitchell, Vermeulen. Giflé à Montpellier (60-7), le Racing a besoin de se rassurer. Mais le match vital, c'est dans 15 jours.

"A Toulon, que ce soit Pierre, Paul ou Jacques, on sait très bien que l'équipe sera plus que compétitive". Laurent Travers sait que le RCT n'est jamais à prendre à la légère, surtout lorsque son équipe sort d'une humiliation à Montpellier (60-7). Pourtant, Bernard Laporte a tout fait pour son homologue francilien se sente à l'aise à l'heure de recevoir le champion de France en titre, dans une affiche délocalisée à Lille. "Il y a beaucoup de changements dans l'équipe que l'on présente, mais on a constitué une équipe de qualité. Ce sont les ingrédients que l'on va mettre qui feront que l'on existe ou pas", a bien glissé Jacques Delmas, son  adjoint chargé des avants varois. Il est vrai qu'avec une équipe rajeunie et bien remaniée, Toulon s'était imposé au Stade Français en septembre et avait pris le bonus à Clermont en mai dernier, à deux journées du début des phases finales.

Si le staff toulonnais a décidé de faire tourner, c'est que l'équipe entame son sprint final. La réussite ou l'échec de cette saison se joue dans les semaines à venir. Et avec la fin du Tournoi des 6 Nations, il faut redonner du tonus à certains, au premier desquels Guilhem Guirado, et redonner du jeu à des convalescents comme O'Connor. "Je ne pense pas qu'il y ait de bluff, on va faire un gros match, Toulon va faire un gros match aussi", souligne Laurent Travers. Bien évidemment, aucune équipe ne va entrer sur le terrain pour perdre. La rencontre est importante entre deux prétendants au Bouclier de Brennus, séparés par un petit point au classement, qui aimeraient tous deux accéder directement aux demi-finales, sans passer par les barrages. 

Un jeu de cache-cache ?

Mais les deux clubs ambitionnent surtout une qualification pour les demi-finales de la Coupe d'Europe. Ce serait une première pour le Racing, et c'est le passage obligé pour le RCT pour rester en course dans une conquête historique d'une quatrième couronne consécutive européenne. Mourad Boudjellal, comme son homologue francilien Jacky Lorenzetti, ont la même envie de marquer l'histoire. Et les deux équipes se retrouvent dans quinze jours, pour ce quart si crucial pour chacun.

Avec l'intention de cacher ce jeu aujourd'hui dans le Nord ? "Même si on joue à 15 jours d'intervalle, les matches peuvent être complètement différents. Les conditions météo peuvent entrer en ligne de compte, l'arbitrage... Il est hors de question de dire que l'on va attendre le quart de finale pour faire telle ou telle chose sur le terrain. Sincèrement, on n'est pas dans cette approche", assure Travers. "Le championnat cette année est tellement homogène et compétitif que l'intox, on n'a pas forcément l'occasion d'en faire", poursuit le centre Henry Chavancy. "Le Racing va mettre l'artillerie lourde", souligne Delmas. "Surtout qu'ils sortent d'un match où ils sont passés à travers. Ils auront une motivation toute trouvée. Tout en sachant que dans 15 jours, ce sera encore autre chose..."