Toulouse, Castres, Stade Toulousain, Castres Olympique
Burgess échappe à Lacrampe. Toulouse-Castres promet un combat acharné. | MAXPPP / X DE FENOYL

Prime à l'expérience pour Toulouse

Publié le , modifié le

Le match Toulouse-Castres ouvre les demi-finales du Top 14 samedi soir au Stadium. Alors que les Hauts-Garonnais joueront pour la dix-neuvième fois d'affilée à ce stade de la compétition, ce sera une première pour les Tarnais depuis 2001. Et quand le club de la ville rose compte dix-huit boucliers de Brennus, son adversaire ne lui en oppose que trois. Mais face à des Castrais déterminés à forcer leur destin, il en faudra plus pour aller en finale.

Le Stade Toulousain sait comment faire. Le palmarès éloquent du club champion de France en titre plaide pour lui, surtout qu'il évoluera "à domicile". Si les présidents des quatre clubs encore en lice, interrogés sur le fait que les demi-finales aient lieu au Stadium de Toulouse, ont préféré ne pas polémiquer, nul doute que ce hasard n'arrange pas les affaires du Castres Olympique. L'orgueil des joueurs de Guy Novès, sortis dès les quarts de finale de H–Cup par Edimbourg au printemps et chahutés sur leur niveau de jeu ne doit pas rassurer non plus ceux de Laurent Travers.

"Castres a franchi un cap"

Si la majorité des éléments semble plaider en faveur des locaux, leurs adversaires ne sont pas arrivés là par hasard. Durant la saison, même si l'absence des internationaux avait biaisé les résultats, le CO avait tenu la dragée haute à son voisin haut-garonnais avec une victoire à Pierre Antoine et une défaite sur le fil à Ernest Wallon. S'ils ne se sont plus imposés à Toulouse depuis 1995 avec huit défaites de rang, les Tarnais ont des arguments à faire valoir.

Le deuxième ligne toulousain Patricio Albacete en est bien conscient. "Je pense que Castres, cette saison, a franchi un cap. C'est une équipe qui progresse constamment. Contre elle nous sommes toujours en difficulté" a-t-il déclaré au Midi Olympique. Loquace, l'international argentin a même mis en lumière les qualités de ses futurs adversaires. "La conquête est un des points forts de cette équipe. En mêlée et en touche, elle est en place (…). Leur mêlée est puissante. Leur touche dangereuse. Il suffit de regarder leur contre, à chaque match ils prennent des ballons à l'adversaire."

Servat, la clé

Petit bémol cependant, lors de leurs deux affrontements cette saison, les lignes arrières castraises avaient eu toutes les peines du monde à se montrer dangereuses. Avec un effectif où seuls manquent à l'appel Médard, Gary Botha et Bregvadze, les Rouge et Noir devraient imposer un gros rythme soutenu par un banc performant. Il faudra donc sûrement plus aux Bleus de Castres que leur pression défensive et leur puissance dans les rucks pour l'emporter. La participation de William Servat est une des clés de ce match tant le visage de la conquête des stadistes change selon qu'il soit sur la pelouse ou non. Dans le cas contraire, le talentueux Tolofua, tout juste sélectionné en équipe de France pour la tournée en Argentine devrait supporter toute la pression de ce match à enjeu. De la même manière, la jeune charnière tarnaise composée de Lacrampe (24 ans) et Bernard (23 ans) pourrait subir le poids de l'évènement.

Castres a toujours perdu...

S'il promet un combat acharné, ce match met surtout aux prises des buteurs à l'adresse diabolique. Côté Stade Toulousain Beauxis et Mc Allister tiennent ce rôle avec talent quand au Castres Olympiques Teulet et Bernard portent le costume avec brio. Les trois premiers nommés figurent d'ailleurs dans le Top 10 des meilleurs réalisateurs du championnat.
Malgré tout, les chiffres parlent. Castres a toujours perdu face à Toulouse en phase finale, s'inclinant en finale en 1995, en demi en 2001 puis en barrages il y a deux ans. Le président du club Michel Domps veut en finir avec cette série noire, à l'image de son arrière Romain Teulet. "Les matches à élimination directe (…) c'est toujours du 50-50. Et si on fait une bonne entame cette fois, nous aurons une chance de battre le champion de France chez lui" prophétise "Robocop". Les Tarnais se présentent donc sans complexes chez des Toulousains revanchards. Pour un exploit?

Jerome Carrere