Wandilé Mjekevu, Perpignan, USAP
L'ailier catalan Wandilé Mjekevu dans ses oeuvres | RAYMOND ROIG / AFP

Perpignan punit Montpellier

Publié le , modifié le

En ouverture de la 6e journée de Top 14, Perpignan a nettement dominé Montpellier (28-16) à Aimé-Giral. Grâce à quatre essais, les Catalans s'offrent un point de bonus offensif. Après trois succès consécutifs, les Héraultais n'ont pas été la hauteur et perdent l'occasion de prendre provisoirement le fauteuil de leader.

Tout auréolé de son probant succès face au Stade Toulousain la semaine dernière (25-0), Montpellier se présente à Aimé-Giral en quête du fauteuil de leader du Top 14. Encore sur son nuage suite à ses trois victoires consécutives, le MHR a vécu un violent retour sur terre. Déjà défait une fois à domicile par le Stade Français, Perpignan n’avait pas le droit à l’erreur. Et ça s’est vu. James Hook ouvre le score (3-0, 4e) après un début de match où les deux équipes ont multiplié les coups de pied de renvoi. Le début d’un festival catalan. Sur une touche dans leurs 10 mètres, les hommes de Fabien Galthié cafouillent. Duvenage hérite du cuir et s’en va aplatir au ras du poteau de touche (8-0, 8e). Sur le renvoi, Camille Lopez se met au diapason de son demi de mêlée. Sous pression dans ses 22 mètres, l’ouvreur international offre un amour de passe au pied à son ailier Mjekevu. Le Sud-Africain accélère et fixe. Pérez sert de relais et donne un caviar à Purll. Le génie de l’ancien Bordelais a encore fait la différence, pour un essai superbe de 80 mètres (15-0, 10e).

Perpignan comme dans un rêve

Le club héraultais est à côté de son sujet et n’a rien d’un 2e du Championnat de France. La défense des protégés de Marc Delpoux gêne considérablement les visiteurs. Mais cette saison, Perpignan est la formation ayant reçu le plus de cartons. Une indiscipline chronique dont profite Paillaugue pour débloquer le compteur montpelliérain (15-3, 13e). Cela ne réveille pas pour autant ses partenaires. Sur un maul, les Languedociens égarent un nouveau ballon. Les trois-quarts locaux percutent. Duvenage dynamise et décale parfaitement ce diable de Mjekevu sur l’aile gauche. Sur un pas l’ancien des Lions, remet intérieur sur Guitoune. Le néo-international tricolore n’a plus qu’à couvrir les 15 mètres le séparant de son 5e essai en Top 14 (20-3, 20e). Deux minutes plus tard, l’ailier supersonique manque le doublé. Sur une énième perte de balle des joueurs du président Altrad, Piukala part à toute allure en contre avant de servir Guitoune. Revenu de nulle part, Audrin pousse son adversaire à l’en-avant (22e). Le MHR a frisé le chaos total. Sur la touche, l’entraîneur des avants Mario Ledesma est ahuri. « Que dire, à part qu’on prend la marée ? », avoue-t-il, médusé, à la journaliste de Canal +.

Heureusement pour l’ancien talonneur clermontois, ses ouailles se remettent dans le sens de la marche après ces 20 minutes catastrophiques. Le jeu au pied de James Hook empêche toutefois les finalistes du Championnat de France 2011 de s'installer durablement. Paillaugue prend tout de même trois points (20-6, 29e), mais manque sa tentative suivante (43). Hook est également trahi par sa botte (35e). L’intensité catalane est moindre en seconde période. Les locaux allument quelques mèches mais tirent surtout profit des erreurs adverses. Paillaugue marque trois unités (20-9, 58e) sur une faute de Vahaamina, proche de lui couter un carton jaune. A l’heure de jeu, l’emblématique Nicolas Mas, parti à Montpellier après 13 saisons à l'USAP, reçoit une ovation d’Aimé-Giral lors de sa sortie. La pression n’a pas le temps de redescendre dans les tribunes que les Rouge et Jaune se lancent dans un mouvement d’envergure. Hook tape par-dessus et Perpignan récupère le cuir. Au large, Camille Lopez fait le décalage et Taofifenua conclut en bout de ligne (25-9, 63).

Montpellier et son calendrier cauchemar

Malgré tous les manques affichés, Montpellier n’est pas une des plus grandes équipes de France pour rien. L’entrée de Pélissier offre un second souffle aux visiteurs. Ce jeu héraultais si décousu retrouve du liant. Suite à deux touches dans les cinq mètres usapistes, Nagusa est servi sur l’aile. Un cadrage-débordement d’école plus tard, le Fidjien s’écroule à dame (28-16, 74e). Son équipe pousse pour décrocher un point de bonus défensif, en vain. "C’est peut-être une petite décompression suite à ces trois derniers matches où l’on était euphoriques. On est passé à côté aujourd’hui", reconnaissait le 3e ligne Alexandre Bias au micro de Canal +. Devant son public, l'USAP s'offre un bonus offensif amplement mérité. Après la défaite concédée sur le fil la semaine passée au Racing-Metro, Perpignan peut nourrir des ambitions. A l'aube d'affronter Clermont puis le Stade Français à Jean-Bouin, Montpellier n'a pas encore trouvé la bonne carburation.

Jerome Carrere