Alain Afflelou et Serge Blanco, présidents de l'Aviron et du BO
Les deux présidents basques, Alain Afflelou pour l'Aviron Bayonnais, et Serge Blanco pour le Biarritz Olympique | AFP - GAIZKA IROZ

Pas de fusion entre Bayonne et Biarritz

Publié le , modifié le

L'Aviron Bayonnais a annoncé mercredi "mettre fin" aux discussions engagées il y a une semaine avec le Biarritz olympique au sujet d'une fusion entre les deux clubs de Top 14.

"Les conditions évoquées au cours de nos premiers échanges ne sont  désormais plus réunies: je ne peux accepter d'engager notre club, sain  juridiquement, économiquement et fiscalement dans une direction aveugle", a  déclaré dans un communiqué Alain Afflelou, président de l'Aviron Bayonnais. "Après consultation des principaux actionnaires, des membres du conseil de  surveillance et des représentants des supporters, les conditions envisagées  n'étant pas réunies, j'ai décidé de mettre fin à ces discussions", a-t-il  ajouté dans un texte lapidaire. Les deux formations, menacées cette saison de relégation, avaient annoncé  communément mercredi dernier qu'elles allaient "mettre à l'étude les modalités  d'un possible rapprochement", une première dans l'histoire de ces deux grands  rivaux distants seulement de quelques kilomètres.

"Aujourd'hui dans le rugby professionnel, il faut des moyens importants,  avait alors déclaré M. Afflelou. On a deux clubs, avec deux stades situés à  trois kilomètres à vol d'oiseau... C'est un peu idiot de ne pas essayer de voir  s'il n'y a pas une solution plus simple". Au-delà des difficultés sportives, ce projet se posait aussi comme une  réponse possible aux faiblesses économiques des deux clubs, adossés chacun à un  mécène (M. Afflelou à Bayonne, l'entreprise Cap Gemini au BO) et qui doivent se  partager des ressources locales limitées dans une agglomération de 130.000  habitants et une zone de chalandise peu extensible.

Voir le tweet de l'Aviron Bayonnais