Le Toulonnais Alexis Palisson
Le Toulonnais Alexis Palisson s'échappe contre Clermont | REMY GABALDA / AFP

Palisson : «On les a fait douter»

Publié le , modifié le

Très saignant avant sa sortie, l'ailier Alexis Palisson était évidemment « ému » et « heureux » du dénouement de la demi-finale face à Clermont (15-12). L'ailier international, le mollet gauche bandé par précaution, se projette déjà sur la finale face à Toulouse. Avec envie et humilité.

Q : Alexis Palisson, quel est votre sentiment après la victoire ?
R : "Je suis très ému de regarder cette fin de match sur le banc. On n'est plus maître de rien. Je pensais sincèrement que Morgan (Parra) avait la distance. Je l'ai vu taper de cette distance à l'entraînement. Il avait l'air assez à l'aise. J'étais stresser jusqu'au bout et c'était une délivrance quand il l'a raté."

Q : Vous vous attendiez à des prolongations
R : "Oui, j'étais sûr. En plus, il ne rate pas de beaucoup, un mètre je crois."

Q : Qu'est-ce qui a fait la différence selon vous ?
R : "Il y a eu deux mi-temps. Un mi-temps sans la pluie et une avec la pluie. Il y a moins de jeu en second mi-temps. Au début, les Clemontois ont pris leur jeu à leur compte. La deuxième partie de la première mi-temps, on arrive à les faire douter car on les perce plusieurs fois. Cela leur met du doute et de la pression pour la suite. En deuxième mi-temps, les Clermontois sont sûr de leur jeu. C'est une très belle équipe qui sait jouer tous les rugby."

Q : Comment expliquez-vous la stratégie des Clermontois ?
R : "Ils ont beaucoup jouer avec la pluie. Même si Broke James était à l'aise avec son jeu au pied. Ils ont voulu trop jouer. C'est aussi leur philosophie. Il n'ont pas démérité. On savait que c'était une équipe très joueuse. On pensait qu'ils allaient plus jouer au pied et mettre la pression."

Q : Aviez-vous ciblé la zone intérieure du dix ?
R : "On l'avait ciblé en fonction des conditions météo avec « Basta » (Mathieu Bastareaud) et moi. Cela s'est ouvert et cela nous a réussi."

Q : Et maintenant Toulouse...
R : "Encore un gros morceau. Une énorme montagne à gravir. Sur un match, on a vu qu'on était capable de battre les meilleurs. C'est le champion de France en titre. On n'est pas favoris. On va tout donner sachant que derrière ce sont les vacances pour l'équipe."

Mathieu Baratas