Bernard Leroux (Racing-Métro)
Les Racingmen face aux Castrais | AFP - BERTRAND LANGLOIS

Opération relance pour le Racing-Métro

Publié le , modifié le

Alors que les internationaux sont fraîchement revenus de Nouvelle-Zélande, la 9e journée de Top14 devrait encore se jouer sans eux. La plupart des clubs seront donc impactés, comme le Racing-Métro qui, privé de Nallet et d'Estebanez, est bien décidé à aller chercher un succès à Castres, ce vendredi. Une mission qui s'annonce compliquée puisque les Tarnais reste sur sept victoires consécutives et pourraient, en cas de victoire, prendre les commandes du championnat.

Après une entame de saison réussie (deux victoires de rang), le Racing-Métro est au plus mal depuis maintenant plusieurs semaines. Septièmes au classement, les Racingmen restent en effet sur cinq défaites en six matchs et ne se sont toujours pas imposés à l'extérieur. Le déplacement à Castres pourrait être l'occasion de rectifier le tir pour les coéquipiers de Sébastien Chabal. Cette rencontre permettra également à Juan Birkhoff, arrivé il y a 10 jours comme joker médical, de faire ses débuts sous les couleurs du Racing. Lionel Nallet et Fabrice Estebanez, de retour de Nouvelle-Zélande, manqueront quant à eux encore à l'appel. "On n'est pas défaitistes mais on sait à quoi s'attendre: à du gros dur", annonce notamment le centre parisien Guillaume Boussès.

Du côté de Castres, la confiance est au rendez-vous grâce à une belle série de sept victoires consécutives. Et un nouveau succès permettrait aux hommes de Laurent Travers, actuellement co-leaders avec Clermont, de s'emparer de la première place en solitaire. Au moins provisoirement, en attendant que les Auvergnats reçoivent le Biarritz Olympique, samedi. Pour ce faire, le CO pourra encore compter sur son demi de mêlée sud-africain, Rory Kockott, qui, avec déjà 21 points au compteur, est en passe de devenir l'arme redoutable du collectif castrait. Les Tarnais devront toutefois rester méfiants car tout a une fin. Les bonnes comme les mauvaises séries.

Isabelle Trancoën