Racing Perpignan Bobo 10 2010
Le Racingman Bobo pris par la défense catalane | AFP - Franck Fife

Nul heureux du Racing contre l'USAP

Publié le , modifié le

Dans un match qui sentait bon les play-offs, Perpignan a concédé le match nul sur le terrain du Racing-Métro (18-18) en match avancé de la 11e journée du Top 14. Dans une rencontre sans essai, les Parisiens ont conservé leur invincibilité à domicile grâce à un baroud d'honneur conclu par une pénalité dans les arrêts de jeu.

Une mi-temps par équipe, des occasions d'essai avortées de part et d'autre, et match nul qui ne récompense pas vraiment une très grosse domination catalane en deuxième période. Le Racing est passé à deux doigts d'enregistrer sa première défaite à domicile, l'USAP frôlant la confirmation d'une belle montée en pression. Entre une équipe qui avait gagné la semaine précédente sans être contente (Racing) et une qui avait perdu avec satisfaction (Perpignan), le match nul (18-18) conclu à Colombes laissait bien des regrets de chaque côté. Plus encore chez les hommes de Jacques Brunel.

Le début de la rencontre était à l'avantage de l'équipe locale, qui profitait de deux coups de pied tapés directement en touche pour placer sur orbite leurs artilleurs favoris, un drop de Wizniewski (2e) étant suivi par une pénalité de 49m de Steyn (9e). Mais l'USAP n'est pas démunie en la matière, et l'appelé en Bleu, Porical, se chargeait d'égaliser à la 22e minute. Le combat était équilibré, l'ouvreur du Racing, recalé des Bleus, passait un drop de justesse (validé par la vidéo) à la 27e minute avant que le centre sud-africain ne balance, avec vent favorable, un coup de savate des 59m pour une pénalité phénoménale (32e, 15-6). La pause intervenue sur un score de (15-9) n'enlevait pas cette image des esprits, et l'arrière catalan se chargeait de relever le défi en envoyant à son tour le ballon entre les perches depuis les 62m, avec l'appui du vent désormais (43e, 15-12). Et alors qu'il maintenait le cap (pénalité à la 49e), les buteurs adverses se déréglaient. Toujours fortement engagé, le match commençait à dévoiler quelques espaces, mais les maladresses ou la malchance empêchaient Battle d'un côté et Bobo de l'autre d'aller dans la zone d'en-but. Et si Porical subissait son premier échec à la 67e minute, il ne ratait pas une deuxième occasion de donner l'avantage aux siens à la 74e (18-15). Dos au mur, les hommes de Pierre Berbizier jetaient leurs dernières forces dans la bataille, mais la résistance catalane tenait bon dans les 22m, mais pas sans commettre une faute. La faute suffisante et nécessaire au Racing pour obtenir une dernière pénalité, que ne ratait par Wizniewski dans les arrêts de jeu (18-18).

Mécontent du comportement de ses joueurs lors de la victoire à Bayonne, l'ancien sélectionneur du XV de France et du XV d'Italie aura encore certainement beaucoup de choses à dire, même s'il pourra toujours se réjouir de leur volonté jusque dans les dernières minutes. Sans avoir maîtrisé le match ni vraiment leur jeu, les Racingmen sauvent l'essentiel. Satisfait des siens malgré leur défaite à Toulouse, l'ancien adjoint de Bernard Laporte chez les Bleus devra sans doute trouver un moyen d'avaler la pilule, après avoir été si près de faire tomber un prétendant au titre, comme sa formation.

Réactions

Jacques Brunel, manager de l'Usap: "Je suis très satisfait du contenu, moins du résultat. On est forcément déçu, puisqu'on était en position de le gagner et je voyais mal comment le Racing pouvait renverser la situation. Peut-être n'avons nous pas bien géré les deux ou trois minutes qui restaient. Sur l'ensemble on a montré beaucoup de qualités, d'engagement physique dans tous les secteurs, avec ou sans ballons. On a vu une grosse défense. On a su ne pas s'affoler quand le Racing poussait et a mené au score. On a retrouvé dans la constance les qualités de l'Usap."

Simon Mannix, entraîneur du Racing-Métro: " Perpignan, c'est une grosse équipe, on a vu pourquoi ce soir. Elle est tellement efficace sur les bases du rugby: la défense, les plaquages, les déblayages, une touche et une mêlée performantes, Porical qui a vraiment bien buté... Il nous a manqué de la discipline avec ballon et sans ballon dans les zones de +rucks+. Bien sûr je suis super satisfait des joueurs qui ont montré les c... à la fin du match, ça ne s'achète pas cet esprit-là. Je suis fier de cette dernière action."