Novès : "Il y aura des réajustements"

Novès : "Il y aura des réajustements"

Publié le , modifié le

Eliminé avant les demi-finales du Top 14 pour la première fois depuis 20 ans, le Stade Toulousain "essaie de se poser les bonnes questions", pour "redevenir champion de France le plus vite possible", assure Guy Novès son manager général.

Q : Dans quel état d'esprit se trouve aujourd'hui le Stade Toulousain alors  que pour la première fois depuis 20 ans, votre équipe ne participera pas au  dernier carré du championnat ?
R : "On est dans la réflexion. On essaie de se poser les bonnes questions  pour améliorer notre système et que l'avenir soit meilleur. Il n'y aura rien d'extraordinaire, juste une remise en question pour  s'adapter à ces nouvelles contraintes que nous rencontrons depuis deux, trois  ans. Je ne vois pas pourquoi il y aurait une révolution, en revanche c'est  notre devoir d'être réceptif aux problèmes que nous avons rencontré. Il y aura  des réajustements, avec peut-être l'arrivée de certaines personnes mais des  bouleversements au niveau du staff, non. Concernant notre recrutement, il n'est  pas terminé. Nous cherchons notamment un troisième ligne pour essayer de  pallier les absences de nos internationaux."

Q : Cette élimination prématurée peut-elle être interprétée comme le signe  d'un déclin du Stade Toulousain ?
R : "Il y a longtemps que le Stade Toulousain et ses dirigeants cogitent  pour trouver les moyens de continuer à rivaliser. Nous ne sommes pas non plus  dans la situation de Perpignan ou Biarritz, qui ont été champions de France et  qui sont aujourd'hui en Pro D2. Ce qui me parle c'est surtout que nous avons  accompli des résultats exceptionnels jusque-là. Il y a de nouvelles contraintes  et on ne peut pas comparer le rugby des années 90 à celui d'aujourd'hui. Notre  effectif de 30 ou 32 joueurs quand on le regarde sur le papier c'est  magnifique, mais après il faut regarder combien de temps nous avons cet  effectif à notre disposition. Le 23 juin prochain, par exemple, il nous  manquera 13 joueurs à la reprise de l'entraînement".

Q : La course à l'armement d'autres clubs annonce-t-elle selon vous une  nouvelle hiérarchie dans le rugby français ?
R : "Les autres clubs sont ambitieux et se donnent les moyens. Entre les  compétences des autres qui sont de plus en plus fortes et les contraintes qui  sont dix fois plus importantes, c'est compliqué, mais on va travailler pour que  le Stade Toulousain redevienne champion le plus vite possible".

AFP