Jean-Baptiste Elissalde et Guy Novès
Jean-Baptiste Elissalde et Guy Novès | FRANCK FIFE - AFP

Novès: "On a de quoi s'inquiéter"

Publié le , modifié le

"Rencontrer le champion qui en plus vient de faire une performance en battant le champion d'Europe (...), on a de quoi s'inquiéter", a déclaré Guy Novès, le manageur du Stade Toulousain, qui reçoit son voisin Castres, "une équipe admirable", samedi lors de la 7e journée de Top 14.

Avez-vous effacé la prestation de votre équipe en seconde période contre  Biarritz ?
Guy Novès: "Nous, on l'a effacé, je ne veux pas en parler. (La réaction du public)  Il a pris énormément de plaisir durant la première mi-temps. Le public, qui  vient ici et qui repart avec trois victoires avec bonus offensif, devient  sévère - et il a raison -. Mais on peut imaginer que pendant cette longue  période de mêlées répétées qu'il a été lassé. Je me suis rappelé quand j'étais  trois-quarts, s'il avait fallu attendre dix minutes avant de toucher un ballon,  on est obligé de sortir du match surtout quand on mène autant. Par le résultat  et le contexte, il existe une démobilisation évidente. C'est vrai que c'est  soporifique".
   
Que pensez-vous de Castres et de ce "sérieux test" que vous évoquez ?
GN: "C'est LE test, le big match. Rencontrer le champion qui en plus vient  de faire une performance en battant le champion d'Europe quand on voit l'équipe  alignée par Toulon, on a de quoi s'inquiéter. Chaque fois qu'on l'a jouée en  phase finale, cela a été un calvaire face à cette équipe. Du coup, on est allé  leur piquer Tekori d'ailleurs (sourires). C'est une équipe admirable. Avant  qu'ils soient champions, je disais que leur recrutement était ciblé,  intelligent. Ils perdent Tekori, ils prennent Gray, le deuxième ligne écossais,  un magnifique joueur. On sent qu'il y a un travail de fond dans ce groupe, dans  une région pas toujours évidente à vivre. Etre performant, ce n'est pas être  champion c'est rester le plus souvent possible avec une chance de l'être et  Castres est entré définitivement là-dedans".
   
Tolofua a joué tous les matches depuis le début de saison, avez-vous le  sentiment qu'il a passé un cap ?
GN: "Je suis admiratif de ce changement de comportement. On a l'impression  que ce n'est pas la même personne, qu'il est passé du stade d'ado au stade  d'adulte et qu'il ne met plus la casquette à l'envers. Il a peut-être compris  que le haut niveau c'était les efforts, la régularité, la remise en question,  le travail. Tout ça cumulé fait qu'il gravit des échelons et je suis ravi  aujourd'hui de pouvoir lui faire confiance. C'est aussi le fruit du travail de  William Servat depuis de longs mois, mais malheureusement je me dis que ce  travail finira par me revenir, comme un boomerang dans la figure, parce qu'il  finira par partir au plus haut niveau et on le perdra comme d'autres".

AFP