Guy Novès, Stade Toulousain
Le manager du Stade Toulousain Guy Novès | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Novès critique les stages du XV bleu

Publié le , modifié le

Le manageur du Stade toulousain, Guy Novès, s'est élevé, mercredi, contre l'établissement de stages de l'équipe de France de rugby - le premier du 22 au 25 septembre - qui représentent selon lui, "un doublon" pour des équipes qui possèdent des internationaux et empêche certains clubs du Top 14 de bien se préparer en vue des rencontres du championnat.

Interrogé sur le peu de victoires à l'extérieur (5 en 42 matches) depuis le début de la saison pour des écuries réputées fortes du Top 14 et la bonne prestation d'Oyonnax, l'un des promus, Novès a estimé qu'un "promu qui se prépare deux mois à l'avance pendant qu'une grande équipe, comme la nôtre par exemple, qui a dix internationaux français à qui on interdit de se préparer, a un avantage. C'est le cas pour Clermont, pour certaines équipes où il y a des internationaux, la préparation est alors différente".

"Comment peut-on expliquer que le Stade toulousain ne soit pas prêt la  semaine prochaine pour aller à Perpignan ? Mais si on regarde un peu, neuf joueurs vont partir dimanche et certains d'entre eux vont se retrouver vendredi sans aucune préparation pour jouer un match à l'extérieur et on dira, c'est  bizarre le Stade toulousain n'est pas prêt", s'est-il interrogé. Pour lui, l'explication repose sur le fait que "les joueurs sont absents".  "Le stage aujourd'hui est pour moi un doublon', a-t-il souligné. "Une équipe,  ne entreprise comme la nôtre, qui ne peut pas travailler avec ses joueurs...  imaginons que l'équipe de France récupère ses joueurs le vendredi pour jouer le samedi, il y aurait alors une levée de boucliers".

La préparation, "bouffeuse" d'énergie

Pour noircir le tableau, le manager toulousain a considéré que les  "joueurs vont rentrer cuits mentalement car ils seront programmés pour novembre (la tournée d'automne, ndlr), cuits physiquement parce qu'on n'aura pas hésité à les faire bosser, et ils auront bien raison, en ne se souciant pas de la fatigue engendrée par la préparation". "Nous, si les joueurs sont fatigués le mercredi, on lève le pied d'une certaine manière", a insisté Novès."C'est un contexte qui est de plus en plus défavorable à la qualité de la prestation d'un certain nombre d'équipes et c'est peut-être une certaine réponse au fait que c'est plus difficile de jouer, de gagner à l'extérieur", a-t-il remarqué. "Au delà du fait que certaines équipes sont plus fortes, armés jusqu'aux dents avec des joueurs étrangers de niveau mondial", a-t-il conclu.