Le président du RCT Mourad Boudjellal
Le président du RCT Mourad Boudjellal | AFP - DAMIEN MEYER

Mourad Boudjellal s'en prend à la Ligue en la comparant à "Groland" alors qu'il vise sa présidence

Publié le , modifié le

Condamné à 100 000 euros d'amendes par la Ligue nationale de rugby (LNR) pour avoir dépassé le "salary cap" avec son club de Toulon, Mourad Boudjellal s'est livré à une sortie tranchante: "C'est un vrai gag, la Ligue, c'est Groland, avec la Ligue le droit n'est pas le même", a-t-il dit à l'AFP. Il conteste le dépassement, et annonce qu'il fera appel. Le président du RCT brigue la présidence de la Ligue, face à Paul Goze, l'actuel président.

Mourad Boudjellal ne laisse jamais indifférent. Il le sait, et il en joue. A une semaine de présenter son programme pour la présidence de la Ligue nationale de rugby (LNR), le président du RCT s'en est pris, avec son humour coutumier, à l'instance. "C'est un vrai gag, la Ligue (LNR), c'est Groland, avec la Ligue le droit n'est pas le même. Ils nous ont mis 100.000 euros d'amende pour un dépassement qu'ils estiment exactement à 41.586 euros, sur une masse salariale annuelle de 10,3 millions d'euros, soit 0,004%, dépassement que je conteste, en plus". 

Pour avoir, selon la LNR, dépassé le plafond de la masse salariale imposé par la Ligue, le RCT a en effet été condamné à 100 000 euros d'amende. Selon lui, la masse salariale est inférieure de 700 000 euros au plafond. L'annonce n'est pas nouvelle, mais le triple champion d'Europe regrette que la Ligue ait "mis un mois pour nous envoyer les attendus". "C'est comme dans Lucky Luke: 'Pendons-le d'abord, jugeons-le après'", a plaisanté l'ancien éditeur de bandes dessinées. Il n'est pas certain que les membres de la Ligue goûtent particulièrement cette sortie médiatique. Cela pourrait lui coûter cher lors de la campagne pour sa présidence.