Montpellier Ouedraogo Top 14 17092010
Le troisième ligne Fulgence Ouedraogo | AFP - Pierre Andrieu

Montpellier vise un autre statut à Toulouse

Publié le , modifié le

Ancien leader du Top 14 et désormais en 3e position, les Héraultais peuvent passer d'outsider à prétendant en cas de victoire à Toulouse, le 1er, lors de la 17e journée. Entre Coupe d'Europe et début du Tournoi, c'est la dernière occasion pour les entraîneurs d'avoir tous leurs joueurs. L'USAP, 10e, jouera un match déterminant à Biarritz, 4e, tout comme le Stade Français à Castres. L'Europe est en jeu.

Voici deux ans, les Montpellierains, surprise du début de saison, avaient clamé un peu fort qu'ils voulaient se mêler à la course au titre. Une grosse claque à Toulouse (35-13) les avait remis dans le rang. Inutile de dire qu'ils ne commettent plus la même erreur à l'heure de se rendre en terres toulousaines, où ils ont pris la mauvaise habitude de passer la trentaine sans beaucoup s'exprimer (défaite 35-13 en 2008, 34-0 en 2009, 34-3 en 2010). Fabien Galthié a certainement envie de mettre fin à cette "tradition". La victoire dans l'Hérault (22-21) lors du match aller, mais plus encore les excellents résultats en première moitié de saison, offrent à cette équipe la possibilité d'effacer son statut d'outsider pour le transformer en équipe prétendant au dernier carré, voire mieux. Il faut pour cela réaliser un petit exploit sur un terrain qui n'a pas souri une seule fois aux visiteurs depuis le début de la saison. Après un week-end européen et avant le début de la préparation au Tournoi des VI Nations, c'est la dernière occasion pour les deux entraîneurs de pouvoir compter sur tout leur effectif, pleinement concerné par le Top 14. Si Montpellier devrait compter sur les retours de Fakaté en 2e ligne et Doumayrou au centre, Guy Novès se passera, pour sa part, de son centre Florian Fritz, expulsé en Coupe d'Europe et suspendu à titre conservatoire par son club, et probablement toujours de Kelleher, absent depuis plus d'un mois. Du coup, Caucaunibuca, non-qualifié en Coupe d'Europe, retrouvera le terrain de même que Heymans, pour laisser souffler Clerc.

Ce choc ne sera pas le seul attendu dans cette soirée. Après avoir obtenu leur qualification pour les quarts de finale de la Coupe d'Europe, où ils joueront tous deux en terres espagnoles, Biarritz et Perpignan ont rendez-vous à Aguilera. Pour les deux équipes, l'heure est à la rotation, mais pas à la perte de temps. Si le BO s'est bien relancé et lorgne désormais sur le podium, tout en ne lâchant pas du regard les places hors d'Europe, l'USAP se trouve très éloigné des six premières positions. Pour les Basques, "une victoire est impérative", selon le centre Damien Traille, afin de maintenir l'équipe dans le carré de tête du Top 14, objectif avoué des dirigeants et des joueurs cette saison en plus d'un quart européen. "Parce qu'on a besoin de points, il nous faudra aller en chercher au moins un à Biarritz", confirme le manager catalan Jacques Brunel qui devra se passer de Schuster, Pérez, Hume et Planté. Mais "on est sur une série intéressante", souligne-t-il en référence aux deux rencontres contre Leicester (24-19 à domicile, 22-22 à l'extérieur), à la "belle bataille" livrée à Clermont (16-22) et au succès avec bonus contre Llanelli (37-5) qui a ouvert les portes des quarts de finale européens aux Catalans pour la première fois depuis trois ans.

Autre affiche incertaine, l'affrontement entre Castres et le Stade Français. Deux équipes séparées par un petit point, dont l'opposition vaudra le coup notamment en troisième ligne. Entre vitesse et lourdeur, expérience et perforation, les deux lignes forment l'une des clés des succès des uns et des autres. Une place européenne est en jeu, et cet affrontement entres Castrais et Parisiens pourrait compliquer très sérieusement cette ambition pour le vaincu.