Thomas Combezou David Lyons
Thomas Combezou s'arrache face à David Lyons(à droite) | AFP

Montpellier tape du poing sur la table

Publié le , modifié le

Coupé dans son élan positif la semaine passée, après la déculottée concédée à Clermont (42-16), Montpellier a repris du poil de la bête face au Stade Français (19-10) en ouverture de la 21e journée. Les Cistes, qui confirment leurs bonnes dispositions à Yves-du-Manoir, se rapproche à grands pas des phases finales. Les Stadistes relâchent la pression sur l'ASM.

Montpellier a pris le sprint final par le bon bout. Humiliés à Clermont (42-16) le week-end passé, les Cistes ont retrouvé des couleurs à l'occasion de la réception du Stade Français à Yves-du-Manoir (19-10), vendredi en ouverture de la 21e journée de Top 14. Le MHR, imprenable à domicile (une défaite en 10 matches), a confirmé cette tendance avec plus ou moins de difficultés. Cinquièmes avant le match, les Héraultais dépassent leurs adversaires du soir, et s'installent provisoirement dans le sillage de l'ASM. Paris rentre de Province les mains vides.

Après une première période d'un faible calibre (0-0), les hommes de Galthié n’ont eu besoin que de six petites minutes pour sonner la révolte. Ranger, profitant d’un ballon de Tulou libéré vers l’extérieur, a résisté au plaquage jusqu’à l’en-but (44e). Un essai transformé depuis le bord de touche par Paillaugue (7-0, 45e). Dans la foulée, ce même duo a de nouveau frappé. Paillaugue, à l’initiative de l’action, a servi Ranger qui -poussé en touche- lui a redonné de justesse la balle pour filer à l’essai (12-0, 46e).

Se voyant trop beau, le MHR a lâché du leste. Il n'en a pas fallu plus au Stade Français. Extrait en position d'ouvreur par Fillol, Danty a fait parler sa puissance pour aller aplatir sur la ligne (12-10, 55e). Montpellier, face à ses doutes récurrents, a par la suite réenclenché l'ascenseur émotionnel qui le caractérise ces derniers temps. Profitant toutefois du manque de réalisme de leurs adversaires, les Héraultais se sont payés le luxe de priver les Franciliens du bonus défensif à la dernière seconde par Nagusa (19-10, 81e). Menacés d'être éjecté du Top 6 avant ce match, les Montpelliérains se hissent en deuxième position. Comme quoi, dans le sport, tout va vite...

Yohan Roblin @yohanroblin