Geoffrey Doumerou Montpellier VS Clermont 02 2011
Geoffrey Doumerou (Montpellier) à la lutte avec Marius Joubert (Clermont) | AFP - SYLVAIN THOMAS

Montpellier reprend des couleurs

Publié le , modifié le

Montpellier s'est offert une magnifique victoire, samedi, face au champion de France en titre, Clermont (29-9) pour le compte de la 18e journée de Top14. Dans le même temps, Perpignan s'est imposé (31-18), avec son 1er bonus offensif de la saison, face à Agen et se relance ainsi dans la course aux play-offs. Victoires également de Toulon face à Brive (22-16) et du Racing-Métro face à Castres (20-13). Enfin, Bourgoin s'est fait corriger par l'Aviron bayonnais (24-7).

 Les absents du jour

Tournoi des Six Nations oblige, la plupart des équipes du Top 14 ont joué cette 18e journée avec des effectifs bien amoindris. Du côté du RC Toulon qui recevait Brive, la principale absence fut celle du demi d’ouverture anglais Jonny Wilkinson. Clermont, en déplacement à Montpellier, a dû se passer des services de pas moins de sept internationaux (Domingo, Pierre, Bonnaire, Parra, Rougerie, Canale, Bardy). L'USAP était, elle aussi, amputée de quelques talents : Mas, Guirado, Mermoz et Mélé. Pour le Racing-Métro, la rencontre face à Castres s’est jouée sans Chabal, Nallet, Lo Cicero, Festuccia et Dellapè retenus respectivement avec les XV de France et d’Italie. Les Toulousains se sont déplacés à La Rochelle avec une ligne d’attaque totalement renouvelée en l’absence de Jauzion, Clerc, Médard et Poitrenaud. Biarritz reste néanmoins l’équipe la plus dégarnie par cette journée de doublon entre le Top 14 et les rencontres internationales. Pas moins de neuf joueurs ont en effet manqué aux Biarrots pour leur déplacement au Stade Français Parmi eux, Marconnet, Thion, Harinordoquy, Yachvili et Traille ont affronté l’Irlande avec l’équipe de France.

Le chiffre du jour

100%. C’est le taux de réussite à domicile ce samedi. Les cinq matches de la journée se sont en effet soldés par des victoires des équipes qui recevaient. Le Racing-Métro n’y a pas fait exception, préservant du coup son invincibilité au stade Yves du Manoir. Après leur défaite à Clermont, les Racingmen ont en effet su relever la tête. Face à Castres, les troupes de Pierre Berbizier ont profité de l’expulsion de Malonga et donc de leur supériorité numérique pour prendre le contrôle de la rencontre en première période. Steyn ouvrait la marque sur une pénalité (28e) puis Leo’o inscrivait le premier essai de la rencontre (34e). Au retour des vestiaires, les Castrais répliquaient par Saayman, bien servi par Masoe (44e). A l’heure de jeu, une pénalité permettait à Teulet de remettre les deux équipes à égalité (10-10 à la 62e). Mais les Parisiens confirmaient leur domination grâce à un essai d’Hernandez (68e). Au grand dam des Castrais qui s’inclinent donc pour la troisième fois en quatre matches (20-13). 

Le match du jour

Montpellier-Clermont était l'un des principaux chocs de cette 18e journée. Une rencontre entre deux formations aux fortunes diverses en ce début 2011. Les Auvergnats étaient dans une bonne période (une défaite lors de leurs cinq derniers matches) alors que les Héraultais n’avaient pas encore gagné depuis la nouvelle année. Au stade Yves du Manoir, les hommes de Fabien Galthié, absent lui aussi en raison du Tournoi des Six Nations, ont réussi à inverser la tendance. Avec un gros volume de jeu et une solide défense, Montpellier s'est imposé 20 à 13 face à une équipe de Clermont plutôt terne. Cette victoire, après deux revers et un nul, a été obtenu par un collectif plein de panache. Nagusa (18e), Fakaté (37e), Figallo (65e) et Ouedraogo (78e) ont inscrit les quatre essais héraultais (synonyme de bonus offensif) tandis que Moyano n'a manqué qu'une seule transformation et inscrit une pénalité. Pour les Clermontois, cette défaite est dure à digérer puisqu'elle les fait tomber au pied du podium mais surtout car c'est leur 8e à l'extérieur en 9 matches cette saison.

Le fait du jour

Dans une opposition entre deux équipes qui visent clairement les phases finales du Top 14, le Stade Français et Biarritz, le duel a clairement tourné à l'avantage des Parisiens. Si le score (31-18) laissait présager un rugby champagne, tout s'est en fait joué au pied ou presque. Hormis un essai de Dupuy pour le Stade Français, ce sont surtout les buteurs qui se sont régalés. Beauxis et Peyrelongue ont ainsi passé six pénalités chacun, l'ouvreur francilien ajoutant dans son escarcelle un drop et une transformation !

La phrase du jour

Jacques Brunel, après la victoire de Perpignan face à Agen (31-18) : "L'espoir de la qualification est toujours là même si on est toujours 10e. On grignote des points, on va maintenant essayer de faire un résultat à Bourgoin samedi prochain. Il ne faut surtout pas que l'on soit perturbés par ce classement. Depuis décembre, la confiance et les résultats sont là même si notre jeu n'est pas encore tout à fait en place. Pour décrocher ce bonus offensif en toute fin de rencontre, à 14 contre 15, on a démontré que l'on avait des ressources et des qualités mentales. C'est important pour la suite".

Isabelle Trancoën