Montpellier, profil bas à Bègles-Bordeaux

Montpellier, profil bas à Bègles-Bordeaux

Publié le , modifié le

Ce dimanche après-midi, au stade Chaban-Delmas (16h15), pour l'avant-dernier match de la 3e journée du Top 14, le Montpellier Hérault Rugby se déplace à Bordeaux-Bègles. Après deux premiers échecs, Benjamin Fall et ses coéquipiers ont déjà la pression. Un nouveau revers en Gironde serait difficile à digérer pour les hommes de Jake White face à ceux de Raphaël Ibañez. Le réveil semble indispensable.

Ancien joueur de Bordeaux-Bègles, où il débuta en 2007 à l'arrière, Benjamin Fall (27 ans), décalé cette saison sur l'aile, retrouvera ses anciennes couleurs girondines. L'enfant du pays n'aura pas vraiment l'occasion de s'en émouvoir car, tout comme se partenaires, son but est d'enfin lancer la saison du MHR. Montpellier reste, en effet, sur deux premiers revers (contre Toulouse, puis à Clermont).

L'ailier désormais héraultais (depuis 2014) ne veut pas croire en un nouvel échec : "Oui, la pression est déjà là. On sait que l'on est déjà dos au mur et que ce déplacement à Bordeaux est très important. Une victoire là-bas nous permettrait de lancer notre saison et elle nous ferait énormément de bien. Nos deux matches précédents, contre deux grosses équipes, ont été difficiles. Il y a eu beaucoup de déchets techniques que l'on va devoir régler. Tant que l'on aura pas régler cela, on ne pourra pas prétendre à la victoire, donc on travaille dur."

"Faisons d'abord ce que l'on sait bien faire"

Contre des Bordelais, tombeurs en préambule du champion de France, le Racing 92, mais battus ensuite à Toulouse, il faudra montrer d'autres aptitudes au combat. Benjamin Fall le sait mieux que quiconque et, sur le site officiel du club, l'admet : "Il nous faudra plus d'application. Moins s'épuiser dans le jeu aussi. Contre Clermont, on a tenté de mettre en place des combinaisons qui n'ont pas toujours marché comme on l'aurait voulu. On a aussi été parfois approximatifs sur notre jeu au pied et d'occupation, donc faisons d'abord ce que l'on sait bien faire. On sait qu'on est puissants, qu'on est bon dans les mauls, c'est sur ça qu'on doit jouer."

Le jeune Deuxième ligne girondin, Cyril Cazeaux, se méfie du sursaut héraultais, à quelques heures de cette affiche alléchante : "Je pense que ça va être un match très compliqué, puisque qu’ils ont perdu leurs deux premiers matches, ils vont venir ici pour gagner. On connaît l’équipe de Montpellier qui est très solide, ça va jouer sur les défis physiques, avec beaucoup de Sud-Africains dans leur équipe. Cela s'annonce comme un match difficile mais, de notre côté, il nous faut cette victoire pour que la saison continue de plus belle." A Benjamin Fall de conclure sur un message positif :  "Les équipes vont avoir à cœur de vouloir jouer, parce que c’est dans leurs gènes. Je pense que ça va être un beau choc !"

Nicolas Gettliffe