Nicolas Mas, Montpellier, Brive
Le pilier montpelliérain Nicolas Mas à la charge | DIARMID COURREGES / AFP

Montpellier prend les rênes

Publié le , modifié le

Montpellier, vainqueur avec le bonus de Bayonne (43-27), a provisoirement pris les commandes d'un Top 14 toujours aussi serré, en attendant le résultat du choc Toulon-Toulouse samedi soir en clôture de la 23e journée.

Il y a du suspense à tous les étages alors qu'il ne restera, après ce  week-end, que trois rencontres à disputer avant la phase finale. En haut de tableau, Montpellier a comme attendu profité des confrontations  aux sommets pour engranger face à l'Aviron, un mal-classé. Respectant sa  réputation d'équipe joueuse, le MHR a inscrit six essais tout en affichant  quelques carences défensives. Cela suffit amplement à son bonheur puisque le club héraultais (66 pts)  possède une longueur d'avance sur Clermont (65 pts), battu vendredi soir à  Brive (26-24) dans une rencontre spectaculaire en ouverture de la journée.

Castres (63 pts) s'est de son côté installé à la troisième place après un  match nul (34-34) teinté d'amertume sur le terrain de la lanterne rouge  Biarritz. Le CO, dominé en mêlée par un BO entreprenant malgré sa relégation,  s'est fait rattraper à quatre minutes du terme sur un essai de pénalité. Derrière, Toulon (4e, 61 pts) tentera de revenir sur Montpellier à  condition de battre Toulouse (57 pts) au stade Vélodrome de Marseille. L'excellente opération de la journée est à mettre au crédit du Racing-Métro  qui a mis fin à l'invincibilité du Stade Français à Jean-Bouin (32-22), dans le  derby francilien.

Bordeaux remonte dans les six

L'opposition de style, entre un Racing hyper-réaliste et un Stade Français  joueur mais gaspilleur, a donc tourné à l'avantage des Ciel et Blanc (5e, 60  pts) qui reviennent pour la première fois dans le wagon des qualifiables depuis  la 8e journée! Le coup est rude pour les hommes de Gonzalo Quesada qui, eux, quittent le  train en marche (7e, 58 pts) après en avoir longtemps été une locomotive. Bordeaux (6e, 58 pts) en profite pour faire une incursion dans ce club des  six si fermé à la faveur de sa victoire contre Perpignan (23-5) à  Chaban-Delmas. L'UBB termine la saison en boulet de canon avec cette cinquième  victoire d'affilée. Et c'est sans compter son match en retard samedi prochain à  Oyonnax.

Le club de l'Ain compte cependant bien utiliser ce joker pour frapper un  coup dans la course au maintien, toujours aussi serrée. Les hommes de Christophe Urios ont brillé chez eux en faisant du petit bois  de Grenoble (40-13), bonus offensif à la clé. Si la fin de saison des Isérois  tourne au cauchemar, celle d'Oyonnax est encore porteuse de promesses. Toujours relégable, l'USO est désormais à égalité de points (44) avec  Bayonne, avec une carte en plus dans sa manche donc. Et n'accuse que deux  longueurs de retard sur Perpignan, six sur Grenoble. Cela s'annonce haletant.

AFP