Montpellier Toulouse
La joie des Héraultais à Toulouse | AFP

Montpellier gagne à Toulouse !

Publié le , modifié le

Le Stade toulousain s'est incliné pour la première fois de la saison à domicile en Top 14 face à Montpellier (12-15) et son demi de mêlée remplaçant Benoît Paillaugue, auteur d'une pénalité à la dernière seconde, samedi à l'occasion de la 18e journée de Championnat de France.

Privé de nombreux élements, concernés par le XV de France (Fickou, Maestri,  Picamoles, Huget, Nyanga, Doussain) ou blessés (Albacete, David, Fritz,  Dusautoir, McAlister, David), le Stade toulousain n'est pas parvenu à enchaîner  une dixième victoire de rang à domicile et recule à la septième place. Les Montpelliérains, qui restaient sur six défaites consécutives à  l'extérieur, font, eux, la bonne opération de la journée en grimpant à la  quatrième place du Top 14, grâce à cette première victoire sur les terres  toulousaines.

La première mi-temps s'est résumée à un duel de buteur entre deux équipes  qui n'ont jamais réussi à déstabiliser la défense adverse. Sans grandes  envolées, sur une pelouse difficile, le combat annoncé entre deux prétendants  aux play-off s'est d'abord joué dans les rucks et au sol. Malheureux sur deux de ses trois tentatives, Barraque, titularisé à  l'arrière après le forfait de dernière minute de David, a ensuite laissé au demi d'ouverture toulousain Sébastien Bézy le soin de donner l'avantage aux  siens à la pause (6-3) après l'ouverture du score d'Escande.

Montpellier, qui ne s'était jamais imposé à Toulouse en neuf  confrontations, revenait sur une pénalité de son demi de mêlée (6-6, 45e)  profitant de plusieurs maladresses des quadruples champions d'Europe, à l'image  de Barraque, remplacé par le jeune Arthur Bonneval, demi-frère du  néo-sélectionné tricolore. Les Toulousains, qui avaient fait de la réception du MHR "une priorité",  notamment à cause de leur triste bilan à l'extérieur (8 défaites en 8 matches),  ont repris les commandes grâce à Bézy (9-6, 60e), mais Escande ramenait une  nouvelle fois les siens dans un match toujours aussi fermé (9-9, 63e).

Un plaquage haut de Poitrenaud, sanctionné d'un carton jaune, a donné à  Escande l'occasion au MHR de repasser en tête, un avantage rapidement annihilé  par une tentative de Bézy. Une dernière faute des Rouge et noir offrait à Paillaugue, rentré à la  place d'Escande, la pénalité de la gagne. Une victoire largement fêtée par les  Héraultais face à des Toulousains qui, en raison d'un calendrier chargé (déplacements à Castres, au Stade Français et à Toulon, notamment), devront  cravacher pour participer au moins aux barrages.

REACTIONS:

Guy Novès (manageur du Stade  toulousain): "C'est sévère de perdre comme ça. Quand on est revenu à égalité  alors que nous étions à 14 contre 15 nous étions presque contents. C'est dur de  perdre ce match sur cette dernière mêlée. Avec toutes ces absences il nous est  arrivé ce qui devait arriver. Si le rugby français le décide comme ça, on va  attendre des jours meilleurs. Montpellier a bien joué le coup. J'ai envie  d'être fataliste avec ce qui se passe. Les mecs ont quand même donné le  meilleur. Cette situation est ubuesque. Je le dis depuis plusieurs années mais  on pense que je parle pour ne rien dire car depuis des années le Stade  toulousain passe entre les gouttes. Je suis vraiment déçu de ce qui se passe et  je suis surtout déçu de travailler comme ça. Le quotidien n'est pas intéressant  dans ces conditions".
   
Charles Géli (talonneur et capitaine de Montpellier): "C'est énorme de  gagner à Toulouse. On s'était dit de ne rien lâcher, de jouer avec notre coeur  et de combattre. Cela nous a souri aujourd'hui. Il nous manquait aussi du monde  mais je suis vraiment très fier du comportement de nos jeunes. Ce sont des gars  qui ont joué pour leur ville, le club et leur maillot. Il n'y a pas beaucoup  d'équipes qui gagnent ici et on s'en souviendra".
   
Ilian Perraux (demi d'ouverture de Montpellier): " C'est un sacré exploit  de gagner ici. Il nous manquait aussi des titulaires mais cela a permis au  groupe de se resserrer. On avait à coeur de tenir le plus longtemps possible.  On voulait les faire douter. Comme c'était un match à fort enjeu pour Toulouse  on se doutait que l'on aurait un coup à jouer dans les dernières minutes.  Comptablement c'est une belle opération mais c'est presque encore plus  important pour le moral. Cette victoire va faire du bien dans les têtes".

AFP