Top 14 Montpellier Toulouse 102015
Ben Lucas essaie de passer la défense toulousaine | AFP - Pascal Guyot

Montpellier candidat sérieux au Bouclier de Brennus

Publié le , modifié le

Finaliste surprise du championnat de France en 2011, le MHR postule clairement au titre pour la première fois de son histoire. Les Héraultais à la mode sud-africaine commencent à faire peur à tout le monde depuis quelques semaines avec notamment leur démonstration contre le Racing il y a deux semaines (60-7). La réception de Brive, ce vendredi soir (20h45), devrait permettre aux hommes du président Altrad de s'approcher de la tête du classement en attendant sereinement le choc Toulon-Clermont de dimanche.

Né en 1986 de la fusion entre le stade montpelliérain et le MUC, le Montpellier Hérault Rugby est le plus jeune club de l’élite. Cantonné dans les divisions inférieures jusqu’en 1991, le club a accédé à l’élite une première fois avant d’évoluer en ProD2 quelques années. En juin 2003, à l’issue d’une finale d’accession à suspense (victoire 25-21 contre Tarbes), les Languedociens touchent au but. C’est le top 16 puis le Top 14. Les Cistes luttent d’abord pour le maintien à plusieurs reprises avant de monter progressivement en puissance depuis la fin des années 2000.

En finale au Camp Nou ?

En 2011, sous la férule de Fabien Galthié, Montpellier dispose successivement de Castres et du Racing-Métro pour décrocher une finale inattendue devant la référence toulousaine. Malgré leur bravoure et un avantage au score jusqu’à l’entame du dernier quart d’heure, le MHR doit s’incliner logiquement (15-10). Le club ne retrouve le dernier carré qu’en 2014 (échec 22-19 en prolongation face au CO).
Les joueurs de Jack White, le coach champion du monde 2007 avec les Springboks, visent gros cette saison. Le potentiel physique et technique de cette formation est énorme et, pour la première fois, le banc semble au diapason. Montpellier est clairement aujourd’hui l’un des trois ou quatre favoris pour le sacre du printemps à Barcelone.

Paillaugue à la mêlée

Pour affronter Brive, le deuxième ligne sud-africain Paul Willemse, absent à Agen en raison d'une légère entorse au coude, effectuera sa rentrée au côté de Jacques Du Plessis. Le trois-quarts polyvalent Ben Lucas jouera à l'ouverture pour remplacer Demetri Catrakilis, qui souffre d'une lésion à la cuisse, et François Trinh-Duc, absent pour plusieurs semaines en raison d'une entorse à la cheville. Ménagés la semaine passée à Agen, le demi de mêlée Benoît Paillaugue, le 3e ligne aile Fulgence Ouedraogo ou le talonneur Bismarck Du Plessis retrouveront leur place de titulaire.

Le CABCL sera de nouveau privé de son demi de mêlée Teddy Iribaren, insuffisamment remis de sa récente déchirure musculaire, qui ne pourra pas rejouer contre son ancien club. Les Corréziens doivent se passer également de leur ouvreur Nicolas Bézy, titulaire contre Castres, qui a été victime d'une fracture du nez contre le CO. En revanche, ils retrouvent leur 2e ligne sud-africain Wilhelm Steenkamp, qui a repris l'entraînement normalement cette semaine.