Bayonne - Biarritz
Bayonnais et Biarrots bientôt sous le même maillot ? | AFP - GAIZKA IROZ

Match nul pour un derby basque d'un autre temps

Publié le , modifié le

Des fautes, peu de grandes envolées, et un match nul (6-6), voilà le résumé du derby basque entre Bayonne et Biarritz, en ouverture de la 20e journée du Top 14. Le pied de Potgieter du côté de l'Aviron, celui de Yachvili de l'autre, le stade Jean-Dauger, qui avait fait le plein, n'a pas eu beaucoup d'occasions de s'enflammer. C'est le premier match nul dans ce derby.

Le Biarritz Olympique n'est pas dans une bonne passe. Vaincu à domicile lors du match aller, l'équipe avait bien envie de se venger. Mais avant même le début de la rencontre, Didier Faugeron, son entraîneur, devait se passer des services de son arrière Balshaw, touché à l'échauffement, pour le remplacer par Bosch. Et après 30 minutes, c'est Harinordoquy qui devait céder sa place, touché au genou. Puis, à la 56e minute, Heguy, ancien de la maison bayonnaise, était victime d'un KO. Et quelques minutes avant, Fabien Barcella avait dû abandonner les siens pour dix minutes sur un carton jaune (51e). Et malgré tout ça, malgré la cascade de fautes notamment en 1ère période, malgré les ratés de Yachvili au pied (12e, drop 41e, 49e), les Biarrots n'ont pas perdu leur troisième derby consécutif. Et c'est presque un bon résultat, même si le jeu n'a pas été à la hauteur des attentes d'un public qui avait fait guichets fermés. Mais dans l'optique de l'Europe, un rêve qui s'éloigne de plus en plus, ce n'est pas une bonne affaire.

Ce derby, entre deux formations situées en bas de classement, ne pouvait pas aboutir à du grand jeu. Personne ne voulait perdre, et donc personne ne prenait le risque de gagner. Ne pas se découvrir, ne pas prendre de risques, tout cela a abouti à un match très cadenassé. La rencontre débutait d'ailleurs par deux échecs au pied, de Potgieter (5e) et Yachvili (12e). Puis l'ouvreur bayonnais passait la pénalité suivante à la 30e (3-0), et rééditait six minutes après (6-0) sur la sixième pénalité infligée au BO depuis le début de la renconter contre une seule à l'Aviron. Mais juste avant la pause, Dimitri Yachvili en passait une (6-3). 

Mais au retour des vestiaires, il manquait un drop (41e), puis une pénalité (49e), et alors que son équipe évoluait à 14, il retrouvait la réussite (58e, 6-6). A la 74e minute, Potgiter avait l'occasion de rafler la mise sur une pénalité à 30m, après une nouvelle reculade de la mêlée du BO, mais il ratait la cible. C'était le signe que ce derby ne trouverait pas preneur. L'honneur est sauf de chaque côté, d'autant plus qu'il n'y a eu aucune friction majeure durant le match. Mais pour le spectacle...

Réactions

Christian Lanta  (manageur de Bayonne): "C'est une grande déception pour nous, parce que je  crois que ce soir on avait les armes pour battre Biarritz. Mais on n'a pas su  aller au bout des actions, à cause de trop d'erreurs techniques, de certains  mauvais choix stratégiques. Les joueurs n'ont pas réussi à se lâcher. On  regrette de ne pas avoir eu plus de réussite au pied, notamment en première  mi-temps, ce qui aurait pu nous mettre plus en confiance".
   
Didier Faugeron (manageur de Biarritz): "Au vu du match, c'est à peu près  équitable que les deux équipes repartent avec deux points. Il y a eu autant  d'occasions au pied ratées pour les deux équipes, et avec tout ce qui a pu nous  arriver sur ce match, les blessures de Balshaw, Harinordoquy et Héguy, c'est  une bonne chose. On y a crû jusqu'au bout, jusqu'au dernier ballon porté. Entre  deux équipes qui se connaissent, bien en place défensivement, et deux buteurs  qui parfois ratent la mire, le résultat me paraît logique".