L'UBB prend le bonus contre Grenoble

L'UBB prend le bonus contre Grenoble

Publié le , modifié le

A l'image de la prestation de son demi de mêlée Heini Adams, auteur d'un doublé dont l'essai du bonus offensif à la dernière minute contre Grenoble, Bordeaux-Bègles ne cesse de grimper dans la hiérarchie du Top 14. En attendant la suite de la 18e journée, l'UBB grimpe au 9e rang, à deux points des places de barragistes.

Pendant une heure, Bodeaux-Bègles a joué comme un cador du Top 14. Irrésistibles en touche, solides en mêlée et performants dans le jeu debout, les hommes de Raphaël Ibañez ont livré un récital, réduisant Grenoble - meilleure équipe de l'élite à l'extérieur - à la portion congrue. Réputé pour son jeu de trois-quarts, une ligne dans laquelle l'ailier Talebula a encore été très bon, l'UBB a pourtant bâti son succès sur son paquet d'avants. Malgré deux ou trois occasions d'essais gâchées, les Girondins ont pris le large grâce à deux pénaltouches maîtrisées. Deux cocottes parfaites ont envoyé Avei (21e) et Adams (32e) dans l'en-but visiteur (17-3). 

L'UBB gâche tout​

Au retour des vestiaires, la physionomie de la rencontre ne changeait pas. Déterminés à enfoncer le clou, les locaux gardaient la tête de leur adversaire sous l'eau. Une touche vite jouée, le coup d'oeil d'Adams, la classe de Talebula et Madaule offrait le bonus offensif aux siens sur une offrande du Fidjien (24-3, 42e). Dans la foulée, le N.14 bordelo-béglais passait la ligne à son tour, profitant d'une erreur de son compatriote Ratini (31-3, 44e). Un 10e essai cette saison qui en fait le meilleur marqueur de l'élite cette saison. "Très rapidement, on  n'a pas senti les Grenoblois dans le coup, ils étaient en difficulté sur les  duels, en un contre un, et on a pu profiter de ces errements défensifs en  mettant beaucoup de vitesse et de volume, en étant fidèle à nos principes de  jeu, se félicitait Raphaël Ibañez. Au coeur de l'hiver, avoir l'ambition de se faire des passes, ça compte  pour la confiance et le moral de l'équipe." 

Quatrièmes du Championnat, les Isérois étaient méconnaissables. Le coaching de Landreau et Corrihons les réveillaient. Sur un ballon porté, les gros du FCG rendaient la monnaie de leur pièce à leurs homologues, envoyant Buckle réduire l'écart (31-10, 60e). Au lieu de poser la main sur le ballon, Bordeaux-Bègles se précipitait, perdant de nombreuses munitions. Sept minutes plus tard, Hégarty s'écroulait à dame, ramenant son équipe à portée de bonus défensif (31-17, 67e). "Avant le match, on avait dit  qu'on signait pour une victoire 13-12. On avait peur de cette équipe qui fait  déjouer excellemment ses adversaires", confiait le président girondin Laurent Marti.

Adams le sauveur

L'UBB perdait pour sa part le bonus offensif. Inconcevable après une telle domination durant 60 minutes. Marqueur d'essai et impliqué sur la réalisation de Madaule, le demi de mêlée Heini Adams clôturait sa belle soirée d'une énième action de classe. Sur une mêlée dans les 22 mètres adverses, le Sud-Africain profitait du manque de réactivité de Kimlin pour lui subtiliser le cuir entre les jambes et plonger entre les perches (38-17, 79e). Neuvième, à égalité avec Toulon et le Racing-Metro, deux équipes qu'ils recevront lors des huit dernières journées, l'UBB peut se prendre à rêver. "On sait qu'on va à  Oyonnax samedi et que l'on peut retomber dans la dure réalité. On verra après  Oyonnax si on peut espérer un peu mieux", nuançait toutefois Marti. Mais les Bordelo-Béglais joueront cinq matches à domicile d'ici la fin de la saison régulière. Et s'ils voyaient les phases finales?

Jerome Carrere