Kieran Marmion (Connacht) retient Louis Picamoles (Toulouse)
Kieran Marmion (Connacht) retient Louis Picamoles (Toulouse) | REMY GABALDA / AFP

Louis Picamoles: "On a notre destin en main"

Publié le , modifié le

Toulouse, sous pression dans l'optique de la qualification pour la phase finale, a son "destin en main", a jugé ce lundi le troisième ligne international Louis Picamoles, avant la réception du Racing 92 dimanche pour laquelle il reste incertain.

Où en êtes-vous de votre blessure aux ischios ?
LP: "Ça va mieux. Ce n'était rien de très grave. On attend encore les derniers examens et si tout va bien, on pourra envisager petit à petit un retour sur le terrain. Bien sûr qu'il y a de la frustration mais cela ne sert à rien de vouloir revenir trop vite. L'objectif est de soigner correctement ce petit pépin pour que je puisse être à mon maximum à mon retour."

C'est votre dernière saison à Toulouse. Y a-t-il une motivation particulière ?
LP: "Il y a une motivation différente. Ça fait un petit moment que je suis ici et j'ai envie d'aller le plus loin possible avec cette équipe pour partir avec des souvenirs encore plus forts. Du coup, il y a forcément énormément d'envie. Il est encore trop tôt pour se projeter mais quand on voit la qualité de l'équipe, on se doit déjà de participer à ces phases finales. Et quand on est engagé dedans, tout est possible. Pour le moment, on a du mal à se détacher des équipes qui sont juste derrière et on voit les équipes devant qui continuent à engranger des points et à s'éloigner, donc forcément l'étau se resserre pour nous. Maintenant, on est encore dans les six premiers, on a notre destin en main et si on fait ce qu'il faut sur les derniers matchs, il n'y a pas de raison qu'on sorte des six (premières places). C'est vrai que depuis 2012, on est dans le dur, on a du mal à continuer à exister sur ces grandes compétitions. Mais le club est plus fort que ça. Il va falloir se remettre en question pour continuer à progresser et, qui sait, reprendre un peu l'avance qu'on avait sur les autres clubs il n'y a pas si longtemps que ça."

Votre avenir va s'écrire à Northampton. Avez-vous déjà commencé à préparer votre départ ?
LP: "Oui, forcément, je suis un peu plus le championnat anglais. J'ai fait les premières démarches car c'est, pour moi et ma famille, un gros changement. Ce n'est pas quelque chose qui va se préparer au mois de juin quand j'aurais fini ma saison avec le Stade Toulousain, je suis obligé de l'anticiper. Ça se passe bien et ça me permet aussi d'être soulagé et libéré pour pouvoir profiter au maximum de mes derniers matchs avec Toulouse."

AFP