Les Castrais déçus mais beaux joueurs

Les Castrais déçus mais beaux joueurs

Publié le , modifié le

Les joueurs du Castres Olympique ont reconnu la supériorité adverse à l’issue de la finale du Top 14. Pour Brice Mach, Rory Kockott, Rémi Tales, Toulon méritait sa victoire. Serge Milhas, l’un des deux entraîneurs de Castres, avait lui davantage de regrets.

Quand on perd logiquement, il faut savoir s’incliner avec fair-play. C’était l’attitude adopté par les Castrais au terme d’une finale frustrante pour eux, les champions de France 2013. Beaux joueurs, ils reconnaissaient sans problème la mainmise toulonnaise sur le match.

Mach: "Toujours une déception"

"On a offert une belle sortie à Wilki, Toulon est une très grosse équipe, a confié le talonneur international Brice Mach. C'est pas fini pour nous, il faut se relancer la saison prochaine. On a fait  beaucoup d'efforts, mais Toulon était confiant et serein. Sur nos temps  faibles, on n'a pas su gérer correctement, c'était différent que lors du quart  ou de la demi-finale. On est tombés sur un très bon Toulon. Dans le jeu  offensivement, on a pas mal tenté mais on a mal joué. On aurait dû gérer un peu  plus. Quand on perd une finale, c'est toujours une déception!"

Rory Kockott, le demi de mêlée du CO, faisait de son côté son mea culpa : "C'est une finale, on n'a pas été bien tactiquement, moi je n'ai pas été  bien, j'ai manqué trois pénalités... Après, c'est une grande chose pour eux,  deux titres comme ça, j'espère qu'ils pourront continuer comme ça, car c'est  bien pour le rugby moderne."

Milhas: "On prend neuf points sur la mêlée"

Son ouvreur Rémi Tales abondait : "Il n'y avait pas photo ce soir, Toulon était au-dessus de  nous, on joue les finales pour les gagner et ce soir on est tombés sur plus fort que nous. J'ai pris deux coups sur la tête en début de partie, mais on a suivi  le protocole (anti-commotions), il n'y a rien de grave. On a fait une saison énorme, personne ne nous attendait ici, on a prouvé qu'on était une grande  équipe. On est déçu pour ce soir mais on a quand même fait un beau parcours."

Serge Milhas, l’entraîneur des avants du CO, avait lui quelques regrets par rapport au déroulé du match. "Ils n'ont jamais été en situation de  marquer à part par Jonny (Wilkinson). On prend neuf points sur mêlée, ensuite  c'est compliqué. On savait qu'il fallait être devant au score, ne pas être  derrière à un quart d'heure de la fin parce qu'ils défendent très bien. On  savait que ça se jouait à pas grand-chose. On n'a pas assez marqué en première  mi-temps pour les mettre en danger. Les Toulonnais méritent la victoire,  c'était la fête à Jonny. Ils ont été meilleurs que nous. On est dominé en mêlée, on prend 9 points là-dessus. C’est difficile de gagner dans ces conditions. Mais bon, on a un pilier qui jouait encore en championnat d’Argentine il y a deux mois (Ramiro Herrera, NDLR). Il était inconnu quand on l’a pris. Il a bien remplacé Wihongi mais il a été moins bon ce soir. Et puis Grosso a une grosse occasion de marquer un essai. Je ne sais pas s’il tombe ou si on l’aide à tomber, a-t-il confié, déçu. Quand tu as des regrets après un match, ce n’est pas bon. C’est que tu as raté quelque chose".

Grégory Jouin @GregoryJouin