Toulouse Oyonnax
Toulouse - Oyonnax. | RAYMOND ROIG / AFP

Les cadors malmenés en ouverture

Publié le , modifié le

Toulouse a dû batailler ferme à domicile pour réussir ses débuts en Top 14 face à Oyonnax (20-19), tout comme le Racing Metro contre Montpellier (19-16), lors d'un samedi également marqué par le précieux succès du Stade Français contre Castres (25-22).

La première journée du Top 14 a déjà offert son lot de suspense et de sueurs  froides aux grosses écuries, peut-être présage des difficultés qui les  attendent cette saison. Le fait marquant de cette ouverture du Championnat est la défaite à  domicile de Montpellier, qui a effectué un gros recrutement à l'intersaison,  face au Racing, autre outsider pour le titre de champion (16-19). Les Franciliens, balayés en mai au stade Yves-du-Manoir (44-10), ont pris  une belle revanche grâce notamment à une pénalité de Sexton à quelques minutes  de la fin face à des Héraultais réduit à 14 pendant la seconde période après le  carton rouge de Géli.

Toby Flood brille

Les spectateurs toulousains ont sans doute dû se ronger les ongles lors du  chassé-croisé opposant Haut-Garonnais et Haut-Bugistes. L'homme du match est  sans conteste l'Anglais Toby Flood qui, pour ses premiers pas officiels sous le  maillot toulousain, a inscrit tous les points de son équipe dont un essai et la  pénalité de la victoire à la 76e minute.

Les joueurs d'Oyonnax repartent tout de même avec le bonus défensif, une  moindre récompense au vu de leur solide prestation à Ernest-Wallon samedi. Ce  n'est guère rassurant pour Toulouse qui aimerait reprendre sa marche en avant  après deux saisons de régression.

Le bon coup du Stade Français  Il y a certainement eu quelques palpitations au stade de la Méditerranée de  Béziers qui accueillait exceptionnellement la rencontre entre Castres et le  Stade Français, l'enceinte du CO étant actuellement en réfection. C'est un essai de l'arrière Djibril Camara à la sirène qui a offert la  victoire aux Parisiens (25-22), dans une fin de match complètement folle  également ponctuée d'un essai de Romain Martial, après un éclair de génie de  Rory Kockott. Ce succès à l'extérieur est une excellente opération pour le Stade Français  qui tentera de confirmer samedi prochain à Jean-Bouin contre Lyon. Castres,  lui, prend tout de même un point avant de se rendre à Toulouse vendredi  prochain.Brive en profite Brive profite de tout cela pour prendre de manière un peu anecdotique la  tête du championnat, à la faveur de sa victoire bonifiée contre le promu  rochelais (37-15). Devant leur public, les Corréziens ont pris leur envol en  seconde période, inscrivant au total quatre essais. Bordeaux-Bègles a de son côté mis du temps pour se débarrasser de l'autre  promu, Lyon (18-9). Le match s'est réglé exclusivement entre buteurs. Vendredi, le champion en titre Toulon s'était déjà montré solide pour  prendre la mesure de Bayonne (29-15) à Jean-Dauger.

Le bon coup du Stade Français 

Il y a certainement eu quelques palpitations au stade de la Méditerranée de  Béziers qui accueillait exceptionnellement la rencontre entre Castres et le  Stade Français, l'enceinte du CO étant actuellement en réfection. C'est un essai de l'arrière Djibril Camara à la sirène qui a offert la  victoire aux Parisiens (25-22), dans une fin de match complètement folle  également ponctuée d'un essai de Romain Martial, après un éclair de génie de  Rory Kockott.

Ce succès à l'extérieur est une excellente opération pour le Stade Français  qui tentera de confirmer samedi prochain à Jean-Bouin contre Lyon. Castres,  lui, prend tout de même un point avant de se rendre à Toulouse vendredi  prochain.

Brive en profite

Brive profite de tout cela pour prendre de manière un peu anecdotique la  tête du championnat, à la faveur de sa victoire bonifiée contre le promu  rochelais (37-15). Devant leur public, les Corréziens ont pris leur envol en  seconde période, inscrivant au total quatre essais. Bordeaux-Bègles a de son côté mis du temps pour se débarrasser de l'autre  promu, Lyon (18-9). Le match s'est réglé exclusivement entre buteurs.

 Vendredi, le champion en titre Toulon s'était déjà montré solide pour  prendre la mesure de Bayonne (29-15) à Jean-Dauger.

AFP