Les Clermontois Vahaamahina et Strettle
L'international français Sébastien Vahaamahina | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Le Top 14 face au carrefour du Tournoi et de Galles-France

Publié le , modifié le

Après avoir passé quinze jours à Marcoussis pour le Tournoi des 6 Nations, les internationaux sont revenus dans leur club pour prendre part à la 15e journée du Top 14. Un moment charnière pour tous, mais plus encore pour les Castrais et les Clermontois, qui s'affrontent avec l'espoir de basculer du bon côté pour les Tarnais et de ne pas tomber dans la sinistrose pour les seconds. Mais pour tous, ce week-end est essentiel puisque la semaine prochaine aura lieu le premier "doublon" Tournoi (Galles-France) - Top 14 (16e journée).

C'est l'instant charnière. La deuxième partie de la saison a débuté, le Tournoi des 6 Nations aussi avec son lot de joueurs pris dans les regroupements. Et, cerise sur le gâteau, il y a ces doublons, ces matches internationaux joués en même temps (ou presque) que les rencontres du Top 14. Cette année, il y en a deux: le week-end des 26-27 février, et celui du 12-13 mars. Si Guy Novès et ses adjoints vont trembler tout ce samedi pour les 31 joueurs sélectionnés pour préparer le match de la semaine prochaine au Pays de Galles, les entraîneurs de clubs doivent, eux, gérer la fatigue de leurs internationaux. Voire les blessures. 

Une douzaine de blessés à Clermont

C'est le cas de Franck Azéma, qui ne peut pas compter sur son arrière international Scott Spedding, membre des 31 Bleus mais jamais dans le groupe des 23, victime d'une entorse du ligament latéral interne du genou à l'entraînement à Marcoussis. Idem pour Sébastien Vahaamahina, victime d'une contusion au genou. Une épine de plus dans le coach de Clermont, déjà privé d'une douzaine de blessés dont Nick Abendannon, l'autre arrière de classe internationale, ou Morgan Parra et Wesley Fofana. Heureusement, l'arrivée du All Black Isaia Toeava lui permet de trouver une solution de premier ordre en N.15. La sinistrose n'est pas loin pour l'ASM, éliminée de la Coupe d'Europe avant même les quarts de finale et qui a perdu ses deux derniers matches à domicile (contre l'UBB sur la scène européenne et contre Montpellier en Top 14).

Loin de leurs standards habituels, les Jaunards ne font plus un raz de marée en équipe de France. Damien Chouly est le seul à avoir disputé les deux matches de l'équipe de France comme titulaire. Paul Jedrasiak a représenté une belle révélation (titulaire contre l'Italie, remplaçant contre l'Irlande). En revanche, Sébastien Vahaamahina est resté en tribune, comme Spedding donc. Ils ne sont donc plus que trois convoqués face aux Gallois (Chouly, Jedrasiak, Vahaamahina), et l'entraîneur auvergnat doit faire avec tout en remobilisant des internationaux laissés de côté (Debaty, Domingo, Kayser, Lopez, Nakaitaci). Du coup, il a laissé au repos les deux joueurs qui ont disputé les deux premiers matches en Bleu, et titularisé le 2e ligne en manque de temps de jeu.

Guirado titularisé malgré tout

A l'opposé, Castres navigue dans des eaux plus saines. Cinq victoires lors des six derniers matches de championnat, le CO a "l'avantage" de ne pas être pillé par le Tournoi. Rémi Lamerat a passé 15 jours à Marcoussis sans entrer dans une feuille de match. Il a donc du jus à l'heure de retrouver ses coéquipiers qui ont concassé à domicile successivement le Racing 92 (34-8), Montpellier (34-19), Brive (23-8) et l'UBB (19-9). En 8e position à six longueurs des Clermontois, les Tarnais ont une belle occasion de s'inviter parmi le Top 6 du championnat en cas de victoire. 

Tous les autres entraîneurs du Top 14 vont également vivre ce délicat équilibre entre les deux compétitions à mener de front. Toulon, qui joue dimanche à Oyonnax, doit ainsi titulariser son talonneur Guilhem Guirado, qui a pourtant disputé les deux matches du XV de France pratiquement dans leur intégralité. "Ca m'ennuie de le faire jouer, mais on n'a plus que deux talonneurs  disponibles", a expliqué Bernard Laporte, le manageur du RCT et ancien sélectionneur de l'équipe de France, bien au courant du dilemme. "J'ai eu Guy Novès au téléphone hier  (jeudi), je ne savais pas encore que Jean-Charles Orioli serait indisponible.  J'avais dit à Guy qu'on ferait tout pour gérer au mieux Guilhem en le faisant  jouer 10-15 minutes. Mais la donne a changé". Dans cette période, ce sont souvent les équipes les moins fournies en internationaux qui parviennent à créer quelques surprises.