Toulouse - Stade Français
Associés en équipe de France, Jean-Marc Doussain adversaire de Jules Plisson | AFP - REMY GABALDA

Le Top 14 aménage son "salary cap"

Publié le , modifié le

La Ligue nationale de rugby (LNR) devrait voter prochainement un aménagement du "salary cap", le plafond de la masse salariale, pour les clubs pourvoyeurs d'internationaux, a annoncé mardi à l'AFP son président Paul Goze.

"On va étudier un aménagement pour les clubs qui auront des joueurs retenus  dans le groupe des 30 au début de saison", a déclaré M. Goze à l'issue d'une  réunion des présidents de clubs à l'aéroport d'Orly. Selon les termes de la convention entre la Fédération (FFR) et la LNR  signée en décembre dernier, l'encadrement du XV de France doit dévoiler avant  chaque tournée de juin une liste de 30 joueurs qui bénéficieront d'une certaine  protection, comme une limitation à 30 du nombre de matches par saison hors  phases finales.

Plusieurs clubs, dont le Stade Toulousain, ont déploré leur incapacité à  recruter pour pallier les absences de ces internationaux, car ils atteignaient  déjà le plafond de 10 millions d'euros enn vigueur pour leur masse salariale. "Si un club a par exemple trois internationaux dans ce groupe des 30, il  aura le droit d'utiliser trois fois une somme supplémentaire", un bonus  au-dessus du plafond, a expliqué M. Goze. Cette mesure sera soumise à l'approbation du prochain comité directeur de  la LNR, les 28 et 29 avril à Paris.

"On a aussi confirmé que tous les contrats Espoirs ne seraient pas compris  dans le salary cap", a ajouté M. Goze, rappelant que seuls les contrats Espoirs  dont le salaire annuel était inférieur à 50.000 euros brut n'étaient jusque-là  pas pris en compte dans le plafonnement. En-dehors de ces retouches, M. Goze s'est montré intransigeant sur sa  volonté de préserver le "salary cap" à 10 millions d'euros. Et ce en dépit de  la manne financière acquise grâce à la forte revalorisation des droits  télévisuels du Top 14 (71 millions d'euros par saison contre 31,7 auparavant),  qui a "évidemment" incité des présidents à demander un relèvement du montant. "Mais on est resté ferme sur le sujet, a déclaré M. Goze. Pour deux  raisons: pour qu'il n'y ait pas d'inflation de salaires et pour préserver une  certaine équité entre les clubs".

AFP