Le Stade Toulousain s'en sort in extremis

Le Stade Toulousain s'en sort in extremis

Publié le , modifié le

Chaude alerte pour Toulouse, mené 14-3 puis 27-17 sur son terrain par un très bon Castres Olympique, et qui s'impose finalement 34-27 grâce à un 4e et dernier essai de Galan à deux minutes du terme. Les Rouge et Noir confortent leur première place au classement tandis que le CO, qui a inscrit trois essais, manque une belle occasion de se rapprocher de Toulon, qui a arraché la victoire à Perpignan 22-19.

Donguy, la preuve par neuf

Yves Donguy, l'ailier du Stade Toulousain, confirme qu'il fait bien parti des meilleures gâchettes du Top 14. En aplatissant à la 41e minute l'essai de la révolte pour des Rouge et Noir longtemps accrochés par Castres (mais tout de même victorieux 34-27, 4 essais à 3), Donguy en a profité pour conforter sa place de marqueur numéro 1 du championnat de France avec 9 essais soir presque un toutes les deux journées.

Brock James booste Clermont

L'ouvreur australien a été le grand artisan de la victoire des Jaunards sur la pelouse d'Agen. Auteur de 17 points (cinq pénalités + une transformation), James a gagné son duel à distance avec le précis Conrad Barnard, Sud-Africain au pied puissant (15 points). Les hommes de Vern Cotter s'offrent un beau succès (29-20) contre des Agenais qui restent coincés en milieu de tableau.

Nagusa booste Montpellier

Timoci Nagusa, le virevoltant ailier fidjien, a encore réalisé un match plein ce samedi. A 25 ans, le Languedocien d'adoption confirme son potentiel semaine après semaine. Il s'affirme comme le digne successeur de l'ancien Clermontois Napolioni Nalaga, deux fois meilleur marqueur du championnat. Avec ce doublé inscrit lors de la victoire contre l'Aviron Bayonnais (37-26), Nagusa pointe au 2e rang juste derrière Donguy (8 essais contre 9). Et ce n'est sans doute pas terminé vu le jeu offensif déployé par les joueurs de Fabien Galthié.

Yachvili, le porte-bonheur

Quand Dimitri va, tout va ! C'est la devise du Biarritz Olympique cette saison. Lorsque le demi-de-mêlée biarrot revêt la tunique rouge et blanche, les Basques évoluent en confiance et engrangent les points. Ce samedi dans leur antre d'Aguilera, les candidats surprises au maintien dans l'élite ont profité des 16 points au pied inscrits par Yachvili pour disposer d'un concurrent direct, Brive (26-11). Tout n'est pas réglé mais ça semble aller de bon sens.

Le Lou n'y est plus

Cinquième match sans victoire pour le Lou qui s'est incliné à Charléty malgré une belle résistance. Contre le Stade Français, les Lyonnais ont d'abord pris la marée avant de se rebeller en seconde période et de revenir à portée d'un succès puis de s'écrouler sur la fin (40-19). Ils ont finalement concédé leur quatrième défaite en cinq matches et se rapprochent un peu plus du ProD2.

Kayser bade Clermont

"Le groupe a fait preuve d'un incroyable état d'esprit pour s'imposer à Agen", a confié Benjamin Kayser, le talonneur international. "Il manquait beaucoup de titulaires mais tout le groupe s'est filé. On savait qu'il faudrait être impeccable en conquête, on l'a été, et c'est peut-être la clé de notre succès. On a su marquer aussi durant nos temps forts. Ce club a vraiment une âme, c'est un plaisir de porter le maillot de Clermont. Avec ce groupe, on peut viser très haut."

Un nul de trop pour l'USAP ?

Un mois après le match nul concédé ici-même contre le Racing-Métro, Perpignan a de nouveau laissé passer des points à domicile. Deux nuls et trois défaites, l'enceinte catalane n'est plus terre imprenable. Pire, tous ces points qui s'envolent depuis le début de la saison pourraient coûter très cher, l'USAP étant à la même hauteur que le BO, première équipe non-relégable. Lors de la venue de Toulon, les Catalans ont souvent couru après le score, notamment après l'essai juste avant la pause (40e) de Tillous-Borde, qui se rattrapait de son carton jaune (23e). Le pied de Porical venait récompenser la vigueur retrouvée d'un collectif local agressif. Le RCT pouvait regretter l'essai raté de Rooney, qui oubliait Loamanu (36e) lequel faisait pareil avec Messina (76e), alors que Coetze avait bien joué au pied pour marquer l'essai salvateur de Perpignan (68e). C'est une pénalité de Mélé, deux minutes après la 5e de Giteau, qui offrait le nul aux Catalans (22-22).

Grégory Jouin @GregoryJouin