Timoci Matanavou
Timoci Matanavou passe les Biarrots | CABANIS / AFP

Le stade Toulousain enfonce le BO

Publié le , modifié le

Après sa large victoire (24-0) sur une équipe de Biarritz qui n'a toujours pas connu le succès, le Stade Toulousain a pris provisoirement la tête du Top 14 lors de la 4e journée. Les Toulousains devancent au goal average Castres qui a mis Agen à la raison (30-11). Première victoire du LOU à Brive. Le haut du tableau pourrait toutefois changer samedi après la rencontre entre le Racing-Métro et Clermont.

Le match du jour: Toulouse étouffe Biarritz

Même sans son ossature habituelle d'internationaux, le Stade Toulousain reste le Stade Toulousain. Il l'a prouvé face à Biarritz par une victoire sans appel (24-0) qui fut malgré tout longue à se dessiner. Les Biarrots toujours à la recherche d'une victoire en Top 14, se battus bec et ongles pour ne pas sombrer. Mais finalement la différence s'est faite après la pause, où la pression toulousaine a fini par avoir gain de cause d'une courageuse défense basque. Nyanga, Matavanou pui MacAlister allaient trois fois à dame en moins de dix minutes, réduisant à néant toutes les espérances d'un BO mal récompensé, et qui peut désormais se faire du souci.

Le Stade français se rassure

Le Stade Français, en difficultés sur ses deux précédents matches, s'est rassuré en s'imposant à la maison face à Bayonne 33 à 18, avec 3 essais à la clé.  Le Stade Français, qui restait sur un match nul contre Montpellier et une sévère défaite à Castres, s'est offert sa deuxième victoire dans le championnat, porté par son buteur Julien Dupuy, auteur de 15 points, dont 9 marqués en seconde période.Les Parisiens n'avaient plus battu les Bayonnais depuis décembre 2009 et sous la douce chaleur parisienne du stade Charléty, ils se sont défait des Basques à l'issue d'un match qui a démarré fort et qui s'est terminé sans panache.

Le cadeau de la soirée: offert par Toulon à Saint-André

Pour la dernière de Philippe Saint-André à sa tête avant de rejoindre les Bleus, le RC.Toulon s'est logiquement imposé (27-16) sur le terrain d'une équipe de Bordeaux-Bègles trop indisciplinée pour pouvoir rivaliser, vendredi, lors de la 4e journée du Top 14 de rugby . Les Varois, qui restaient sur un nul à Bayonne, n'ont cette fois-ci pas laissé passer leur chance, effaçant presque du même coup leur revers de Mayol contre Clermont, grâce à neuf pénalités des buteurs Dumora et Lapeyre.  Pour le promu girondin qui s'est attiré les foudres de l'arbitre (21 pénalités concédées) M. Minéry, cette deuxième à Chaban-Delmas a viré au cauchemar.  Plus mature, plus physique, le RCT n'en demandait pas tant, sûr de son rugby  avec ses forces du moment, même s'il n'est pas parvenu à franchir le dernier rideau.

L'USAP redresse la tête

Perpignan a assuré l'essentiel (19-12) à domicile face à une équipe de Montpellier vaillante mais brouillonne et sans ses cadres mondialistes (Ouedraogo, Trinh-Duc ou Gorgodze).   Les hommes du duo Béchu-Galthié, qui avaient déjà décroché le nul au Stade Français (19-19) la semaine passée, décrochent un point de bonus défensif précieux lors de leur troisième match à l'extérieur. L'Usap a toutefois mis  plus d'une heure pour réussir à s'imposer grâce à un essai de Planté. Pour Montpellier, avant-dernier, la situation se complique

L'homme du jour: Régis Lespinas

Le demi d'ouverture du LOU  a très activement contribué à la première victoire des lyonnais depuis leur accession à l'élite. Le Corrézien d'origine, toujours très précieux dans son rôle de buteur, s'est rappelé à Brive au bon souvenir de son club formateur qui n'avait pas jugé bon de le garder. Régis Lespinas, 27 ans, ancien international des moins de 19 puis des moins de 21 a en outre inscrit les deux essais de la victoire lyonnaise à Brive 15-12.  

Le coup d'arrêt: Agen

Les Agenais se sont fait surprendre par une équipe de Castres très entreprenante (30-11). Après un bon début de saison, les promus agenais ont subi leur première défaite de la saison, étouffés par le rythme imposé par les Castrais dès l'entame de la partie. A tel point qu'ils n'ont pas été en mesure d'accrocher le bonus défensif.   Pendant dix minutes, les hommes de Christian Lanta ont subi les vagues tarnaises. Cantonnés dans leur camp, ils ont subi le jeu et se sont mis à la faute, écopant de deux cartons en une mi-temps (Dulin puis Agulla). L'intense domination des Castrais, qui dominaient largement à la pause 22-3, ne s'est pas démentie de la partie