Le Toulousain Antoine Dupont veut passer en force lors de la demi-finale contre La Rochelle, le 8 juin 2019
Le Toulousain Antoine Dupont veut passer en force lors de la demi-finale contre La Rochelle, le 8 juin 2019 | AFP

Le Stade Toulousain dompte La Rochelle et retrouve la finale du Top 14

Publié le , modifié le

D'abord accroché en première période, le Stade Toulousain a fini par user le Stade Rochelais et s'imposer dans cette première demi-finale du Top 14 (20-6), à Bordeaux. Les Toulousains qui n'avaient plus participé à une finale depuis leur titre obtenu en 2012 aux dépens de Toulon, retrouveront en finale (le 15 juin au Stade de France) le vainqueur de l'autre demie opposant Clermont à Lyon, dimanche.

Premiers de la phase régulière et grands favoris de cette première demi-finale, les Toulousains prenaient logiquement le jeu à leur compte. Et dès la 7e minute, les Haut-Garonnais pensaient aller à l'essai sur le flanc droit mais Mauvaka avait mis un pied en touche. Après cette première alerte, et malgré un beau combat entre les premières lignes, il ne fallait pas attendre trop longtemps pour voir Toulouse prendre les devants sur un essai de Guitoune (13e) et une transformation de Ramos (7-0).

Doumayrou blessé

Pris à la gorge, les Jaune et Noir (en blanc et noir ce soir) reprenaient des couleurs grâce à une pénalité de West (22e, 7-3), mais la minute suivante, Ramos interceptait pour lancer Dupont qui filait dans l'en-but. Finalement, l'essai était annulé pour un en-avant. A l'image de leur parcours cette saison, les Maritimes ne lâchaient rien et commençaient à retrouver leurs esprits dans la possession. West ne ratait pas les poteaux des 25 mètres et permettait aux siens de revenir à 7-6 (28e). En face, Ramos qui avait été préféré à Holmes, se montrait moins efficace. Touché à une jambe lors d'un regroupement, Doumayrou devait quitter le terrain deux minutes avant la pause (7-6).

S'ils restaient toujours dominateurs en touche, les Rochelais avaient bien du mal à faire vivre le ballon. Le jeu se fermait entre les deux meilleures défenses du championnat et les remplacements tactiques ne changeaient pas grand-chose. Après un choc tête contre tête avec Castets, Murimurivalu devait sortir sur un brancard (56e). Les Toulousains poursuivaient leurs efforts, insistant face à un mur rochelais bien compact. Mais celui-ci finissait par se fissurer et Bézy trouvait l'espace pour filer à l'essai (12-6).

Après une heure d'un match équilibré, la fraîcheur physique allait être un paramètre crucial dans cette demi-finale, et sans réelle surprise, les hommes d'Ugo Mola enfonçaient le clou grâce à un joli numéro de Kolbe. Bezy se ratait de nouveau sur la transformation et panneau de score affichait 17-6. Finalement, Toulouse scellait la victoire sur une dernière pénalité de Bézy (20-6). La logique était respectée et les toulousains retrouvaient la finale, sept ans après leur dernier sacre.

Pour Ugo Mola, qui s'exprimait sur Canal Plus "c'était âpre, mais ça a joué au rugby. Ca montre qu'on peut aller en finale en jouant au rugby, et les deux équipes le méritaient", a-t-il dit. "On a joué un adversaire valeureux, ça a cogné fort. On a gagné la guerre des rucks et après on a pu mettre trois essais. C'était une saison incroyable", a résumé le coach toulousain. Selon Yoann Huget, l'équipe toulousaine "mérite (sa) présence en finale", précisant que "ce sera du 50/50". Pour l'ailier, "aller au Stade de France, c'est un rêve, car on travaille dur toute la saison. On va savourer, profiter, car ce sont des moments rares, quand même".

Auteur du premier essai, Sofiane Guitoune explique que Toulouse "avait du caractère". "On était bien en première période, physiquement et mentalement, on passe trois fois la ligne, une transversale pas loin, mais on n'a pas réussi à concrétiser. D'abord je rêve du Bouclier (de Brennus), et après on verra pour la suite (le Mondial au Japon)", a-t-il précisé avec un grand sourire.