Toulouse Oyonnax
Toulouse - Oyonnax. | RAYMOND ROIG / AFP

Le Stade toulousain dans l'enfer d'Oyonnax

Publié le , modifié le

Après trois victoires consécutives, le Stade toulousain a repris pied dans le Top 6 du Top14, mais se rend ce soir à Oyonnax, pour le compte de la 19e journée. Les joueurs de Christophe Urios se trouvent dans une dynamique identique (3 victoires de rang), avec en prime un succès au Stade Français. En outre, à domicile, seuls Clermont et Toulon ont réussi à s'imposer. A l'aller, les "Oyomen" s'étaient inclinés d'un point (20-19) à Toulouse, qui vient en plus sans ses internationaux (Dusautoir, Huget, Maestri, Flood).

Exclus depuis fin août des six premières places, qualificatives pour la  phase finale, les hommes de Guy Novès y sont revenus fin janvier à la faveur de  leur succès à Castres (13-9) et sont parvenus à conserver leur cinquième place  en battant petitement Lyon à Ernest-Wallon il y a deux semaines (23-20), leur  troisième victoire consécutive. Mais les Toulousains savent bien qu'ils devront rendre une toute autre  copie que face au LOU s'ils veulent rester dans le Top 6. Et ce, en l'absence  de leurs internationaux Thierry Dusautoir, Yoann Maestri et Yoann Huget,  laissés au repos avant la reprise du Tournoi des six nations le week-end  prochain, et de l'ouvreur anglais Toby Flood, blessé. "Il est certain que pour réaliser un exploit et essayer de survivre à cet  enfer, il faudra un très grand Stade Toulousain", a insisté Novès. Il pourra compter sur le retour de son N.8, Louis Picamoles. Un atout pour bien voyager.

La tâche s'annonce en effet ardue sur le terrain d'"Oyo", huitième à quatre  points de Toulouse. Maintenu la saison dernière à la surprise générale et en  très bonne voie pour rempiler un an de plus dans l'élite, le club haut-bugiste  peut ainsi entretenir ses rêves secrets de qualification en cas de succès. Les "Oyomen" préfèrent cependant la jouer modeste. "Si une victoire peut  nous amener un peu plus haut, une défaite peut nous amener plus profond dans le  classement. Et si les gens nous donnent des ambitions, l'ambition du groupe,  est celle du maintien. Pour l'instant", explique l'arrière Florian Denos. "Et puis, nous n'oublions pas que nous n'avons encore jamais gagné face à  Toulouse. Une équipe qui, lorsqu'elle le décide, peut gagner où elle veut",  craint Frédéric Charrier, entraîneur des trois-quarts. D'autant que les  Toulousains s'exportent plutôt bien cette saison avec trois victoires à  l'extérieur.

AFP