Sireli Bobo
L'ailier fidjien Sireli Bobo, auteur du premier essai rochelais | AFP

Le Stade Rochelais renverse le Stade Toulousain

Publié le , modifié le

Menée au score durant la majeure partie du match, La Rochelle a fini par retourner la situation contre Toulouse au terme d’une dernière demi-heure de folie pour finalement s’imposer (37-25, trois essais partout) au terme d’un très beau match de rugby. Un essai signé Bobo puis deux inscrits par l’intenable Alofa ont permis aux Rochelais de déborder des Toulousains réduits un moment à 14. La botte de Julien Audy (22 points) a fait le reste.

Après un début de rencontre passé à résister à la furia locale, les Toulousains scoraient les premiers : porté par son pack, Corey Flynn s’écroulait dans l’en-but (9e). Toulouse prenait les devants (0-7 après la transformation de McAlister. Le Stade Rochelais réagissait immédiatement en recollant à la marque sur un essai signé Bobo. Le vétéran fidjien (39 ans) récupérait un ballon dans un ruck pour filer aplatir en coin (7-7 après la transformation de Julien Audy). 

Toulouse prend les devants

A la 18e minute, les hommes de Guy Noves allaient de nouveau à dame. Suite à une touche, les Rouge et Noir enchaînaient bien et propulsaient Joe Tekori enterre promise. Mc Alister réussissait la transformation face aux poteaux (7-14). 

Puis la mêlée rochelaise prenait le dessus à deux reprises sur son homologue, d’abord sur une poussée en travers de Kisi Pulu, ensuite sur un écroulement collectif. Les deux fois, bien placé, Julien Audy ne ratait pas l’occasion, faisant passer le score de 7-14 à 13-14 (27e). Deux minutes plus tard, Thierry Dusautoir se faisait sanctionner pour un arrachage de ballon illicite sur un ruck (alors qu’il était au sol). La Rochelle avait l’occasion de repasser devant mais le demi-de-mêlée rochelais ratait les perches. 

Audy concrétise le travail du pack

Le réalisme était du côté des visiteurs en cette première période avec une pénalité lointaine de Luke McAlister suite à un maul écroulé après touche (13-17). Puis un essai en contre était refusé aux Toulousains pour un en-avant de Maxime Médard (37e). Les 15 000 spectateurs de Marcel-Deflandre pouvaient respirer. D’autant que les Maritimes revenaient à un petit point juste avant la sirène sur une pénalité consécutive à une faute au sol de Bézy (16-17 à la pause). 

Désireux de reprendre l’avantage, les Rochelais débutaient bien le second acte avec notamment une charge de Grobler le long de la ligne de touche, sans réussite. Le satff noir et jaune remplaçait Djebaïli par Qovu pour apporter un surcroît de puissance. Dans la foulée, une belle percée de Kevin Gourdon se terminait derrière la ligne, mais l’arbitre demandait la vidéo pour savoir si le troisième ligne avait bien aplati. Les images montraient le sacrifice d’Imanol Harinordoquy qui se couchait entre le ballon et le gazon, mais également une faute de Qovu (qui avait retenu Dusautoir dans la mêlée au moment où Gourdon s’échappait). Monsieur Lafon accordait une pénalité aux Toulousains qui se dégageaient. 

Alofa marque deux fois

Le Stade Rochelais parvenait à passer devant au score à la 53e minute. Audy ajoutait trois points après un bon travail de ses avants sanctionné par une pénalité offerte par l’arbitre (19-17). Mais Toulouse ne mettait pas deux minutes à réagir, McAlister inscrivant un essai après une belle action initiée par Harinordoquy et poursuivi par Bézy et Palisson. La transformation était manquée (19-22). 

La Rochelle égalisait à 22 minutes de la fin sur une nouvelle pénalité –des 40 m- signée Audy après une obstruction de Corey Flynn qui écopait d’un carton jaune (22-22). Les visiteurs perdaient leurs moyens, s’énervaient et l’arbitre accordait une autre pénalité pour un dégagement de Florian Fritz bien après le coup de sifflet de l'arbitre : les Maritimes menaient à l’heure de jeu (25-22) après la pénalité de Julien Audy, vraiment très efficace. Puis Alofa marquait un essai de filou en se couchant in extremis dans l’en-but après un petit coup de pied par-dessus parfaitement dosé par Audy (30-22). 

Explosion de joie 

Le Stade Toulousain ne désarmait pas et McAlister entretenait l’espoir sur une pénalité consécutive à un plongeon rochelais (30-25). Mais le pack rochelais, surmotivé, mettait la mêlée adverse au supplice. L’arbitre accordait une nouvelle pénalité aux locaux, mais le buteur manquait la cible à 11 minutes de la fin. 

A huit minutes du terme, les Jaune et Noir effectuaient une grosse séquence de jeu debout. Après une sortie de balle rapide vers la droite, l’ailier Alofa, vainqueur du Super-15 avec les Waratahs, aplatissait en coin pour l’essai de la délivrance (37-25 après la transformation d’Audy). Les supporters explosaient de joie. Le Stade Rochelais tenait enfin sa première victoire.

Grégory Jouin @GregoryJouin