Le Stade Rochelais prend les commandes du Top 14 en matant Montpellier

Le Stade Rochelais prend les commandes du Top 14 en matant Montpellier

Publié le , modifié le

La Rochelle a disposé du MHR (26-14, 2 essais à 1) dans le choc de la 12e journée du championnat. Devant les 16 000 spectateurs du stade Marcel-Deflandre (27e match à guichets fermés consécutif), les Maritimes ont d’abord dominé la rencontre avant de subir le réveil languedocien dans le deuxième acte heureusement conclu pour eux par un essai salvateur de Brock James après deux crochets parfaits. Les Rochelais prennent donc la tête du classement avec 39 points contre 37 à Montpellier.

Montpellier débutait à fond ce choc automnal en campant dans les 22 mètres adverses. Paillaugue ouvrait la marque après un hors-jeu rochelais (0-3, 3e). La Rochelle égalisait dans la foulée après une faute de Van Rensburg sur Rattez qui permettait à Alexis Balès d’ajuster les perches (3-3). Puis quelques minutes plus tard après une nouvelle faute languedocienne (ballon gardé au sol) : le demi-de-mêlée donnait l’avantage aux siens (6-3, 11e).

La Rochelle s'envole au score

Le Stade Rochelais enfonçait le clou juste après le quart d’heure de jeu sur un essai de footballeur : Après un contre initié par un petit coup de pied par-dessus de Rattez dans ses 22, Paul Jordaan poussait le ballon au pied une première fois puis une seconde après un rebond favorable qui piégeait Ngandebe avant de plonger en terre promise. Balès transformait (13-3, 17e). A sept minutes de la pause, le MHR réduisait l’écart après une succession de charges dans le camp rochelais : Paillaugue scorait trois points (13-6).

Entreprenants malgré leur handicap au tableau d’affichage, les visiteurs concédaient deux nouvelles pénalités avant la pause (10 en tout sur cette mi-temps) : Balès ajoutait trois points (16-6, 38e) puis les locaux tentaient la pénaltouche en supériorité numérique sur la seconde (carton jaune pour Haouas, auteur d’une faute grossière sur Balès) mais ils finissaient par commettre un en-avant.

Le Stade Rochelais attaquait très fort la deuxième période : Botia perçait dans l’axe et trouvait Lacroix en relais. L’ailier rochelais était repris à 10 m de la ligne : il tentait la passe vers Sazy mais commettait un en-avant (42e). Plus solides en mêlée, les Maritimes obtenaient une nouvelle pénalité après une belle poussée. Balès ne ratait pas la cible (19-6, 50e).

Et Montpellier craqua

Les Héraultais réagissaient immédiatement en obtenant quelques pénalités dans les 22 m adverses qu’ils choisissaient de jouer en pénaltouche ou à la main : ils étaient récompensés de leurs efforts à la 56e après un maul pénétrant bien exécuté (19-11). Paillaugue manquait la transformation. La bataille était rude et les chocs nombreux entre ces deux grosses défenses qui parvenaient à annihiler les velléités offensives des deux meilleures attaques du championnat. Montpellier semblait mieux qu’en première période et La Rochelle accusait le coup physiquement.

Paillaugue replaçait les Languedociens à portée de tir des Rochelais en ajoutant une pénalité à 12 minutes de la fin après un hors-jeu local (19-14). Mais c’est bien La Rochelle qui finissait plus fort et parvenait à inscrire l’essai de la délivrance à deux minutes du terme par Brock James. Un essai transformé par Balès qui privait leurs hôtes du bonus défensif (26-14) et qui offrait la place de leader du Top 14 au club jaune et noir.

Grégory Jouin @GregoryJouin