La Rochelle - Lou
Lyon et La Rochelle vont se livrer une bataille sur les ballons de récupération. | ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Le Stade Rochelais, premier vrai test pour le Lou

Publié le , modifié le

Troisième du championnat, le Stade Rochelais, se déplace à Lyon ce samedi pour affronter le Lou, leader surprise de ce début de saison. Meilleure défense (127 points encaissés) et deuxième attaque du Top 14 (245 points marqués) à la faveur d'un calendrier plus abordable, l'équipe de Pierre Mignoni ne s'est inclinée qu'une seule fois, en huit rencontres. La réception de La Rochelle apparait donc comme le premier vrai test des Rhodaniens.

Si l'on regarde le classement, c'est incontestablement l'affiche du week-end. Le troisième du championnat affronte, un leader invaincu depuis près de 2 mois. Mais au delà du classement, c'est surtout un premier test pour l'équipe du président Roubert, qui n'a pas rencontré de forte opposition dans le Rhône depuis plusieurs semaines. Épouvantail annoncé de la saison avec son mélange de joueurs d'expérience et de jeunes talentueux, le Lou a l'occasion de frapper un grand coup face un adversaire Rochelais, solide et impressionnant par la complémentarité de son effectif. 

Pierre Mignoni : "il y aura vingt-trois lions sur le terrain"

Conscient que ce match sera un véritable révélateur du niveau de son équipe, Pierre Mignoni s'est montré très confiant. "Je ressens de l’excitation au sein du groupe. J’ai hâte de voir comment l’équipe va se comporter parce qu’on va affronter ce qui se fait de mieux actuellement en France, et sans doute en Europe avec les Saracens, a-t-il indiqué au Progrès. On sait que ce sera difficile. Mais on a une chance de gagner."  Et  malgré les absences de plusieurs joueurs clés, l'entraîneur de 40 ans croit en son équipe. "J’aurais préféré avoir tout le monde, a-t-il souligné. Mais cela fait partie des aléas d’une saison. Et puis, même s’il n’y a plus beaucoup d’essence dans le réservoir du Lou, il y en a encore suffisamment. Samedi, il y aura vingt-trois lions sur le terrain, qui vont tout donner." Des déclarations qui rendent ce match encore plus excitant.

Deux équipes, un seul style

Car même si les deux formations nourrissent de nombreux points communs dans la philosophie de jeu, La Rochelle épate beaucoup plus en pratiquant un rugby de mouvement digne de l'hémisphère sud. Une volonté que l'on retrouve aussi au LOU. "On se ressemble un peu. Il y a de la vitesse des deux côtés, reconnaît Pierre Mignoni. Ça promet un KO à chaque perte du ballon. Mais il ne faut pas se poser dix mille questions, sinon on n’y arrivera pas. Ce club a bien plus d’avance sur nous en termes de construction d’équipe et de club. Il faut jouer et bien jouer", concluait-t-il.

Le Lou décimé, La Rochelle sans internationaux

Seul handicap à la qualité du spectacle attendu, les absences de joueurs importants des deux côtés. Si le trois-quarts René Ranger, recruté cet été, ne va plus tarder à effectuer ses débuts avec les Maritimes, La Rochelle sera privée de cinq internationaux. Les Français Kevin Gourdon, Gabriel Lacroix et Geoffrey Doumayrou, ainsi que les Fidjiens Levani Botia et Kini Murimurivalu, sont retenus par la tournée d'automne. L'ouvreur Brock James, gêné au niveau des adducteurs, va mieux et devrait débuter à l'ouverture, Jérémy Sinzelle glissant à l'aile. Ce qui permettrait aux hommes de Patrice Collazo, de continuer à dérouler leur jeu plein de mouvement.


Côté Lyonnais, plusieurs joueurs sont également indisponibles pour ce rendez-vous capital. Le 2e ligne, Félix Lambey et l'arrière Delon Armitage, ont été victimes d'une entorse à un genou et seront absents plusieurs semaines. Le centre, Thibaut Regard, souffre d'une déchirure derrière une cuisse. Ses forfaits s'ajoutent aux absences de Carl Fearns, Taïasina Tuifua, Clément Ric, Richard Choirat et Xavier Mignot.