Jules Plisson Stade Français
Jules Plisson (Stade Français) | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le Stade Français totalise, Castres s'enlise

Publié le , modifié le

Le Stade Français s'est hissé à la 3e place du Top 14 en dominant largement La Rochelle (43-10), avec sept essais à la clé, samedi lors de la 7e journée du Top 14. Derrière Toulon et Clermont, les Parisiens s'affirment comme des prétendants sérieux dans le Top 6, dans un championnat sens dessus desssous, où le Stade Toulousain est désormais premier non relégable, alors que Castres, finaliste la saison dernière, occupe désormais l'avant-dernière place après sa défaite (28-18) sur la pelouse du promu Lyon.

Paris déroule

Le Stade Français a fait voler en éclats  La Rochelle (43-10) pour s'offrir enfin un premier match plein à domicile. Les Parisiens n'avaient pas été vraiment satisfaits de leurs deux premières sorties à Jean-Bouin. Bien que vainqueurs de Lyon et Bayonne  ils avaient regretté leur  inconstance qui avait permis à leurs adversaires de repartir avec un point. Ils n'ont pas laissé ce plaisir aux Maritimes, largement battus comme lors de leurs trois premiers déplacements, à Brive, Toulon et Grenoble.

Tout s'est bien enchaîné pour le Stade Français, qui a proposé  d'entrée de match un gros volume de jeu, parfaitement orchestré par Jules  Plisson, et a été récompensé par trois essais précoces. Le premier a été marqué en bout de ligne par Waisale Vuidravuwalu après une  mêlée parisienne (9), le deuxième par Jonathan Danty en force (16), et le  troisième par Pascal Papé, opportuniste à la suite d'une pénaltouche (23). Sur ce dernier essai, les Rochelais étaient alors réduits à 14, à la suite  du carton jaune d'Arthur Cestaro (22), et allaient encaisser un nouvel essai en  infériorité numérique par Julien Arias après une belle sautée de Jules Plisson  (32).  Paris a continué sur le même rythme après le repos. Danty, à la réception  d'un astucieux coup de pied de Plisson par-dessus la défense (54) puis Arias, bien servi sur un ballon de récupération par Vuidravuwalu (58), se sont offert  un doublé, avant que Inu ne conclue le festival parisien (71). Kévin Gourdon a sauvé l'honneur rochelais sur un essai en fin de match (80).

Castres aux abois

Les Rochelais, ont encaissé leur deuxième défaite d'affilée, après celle  subie sur le fil contre Bordeaux-Bègles. Ils sont relégables alors qu'ils s'apprêtent à disputer un  match crucial samedi prochain à domicile contre Lyon. Le LOU s'accroche à l'image d'Oyonnax la saison dernière et pourra peut-ête sauver sa peau. En tout cas, il s'est extirper de la zone rouge grâce à son succès sur Castres où rien ne va plus. Le CO avait pourtant pris l'avante et menait de deux petits points à la pause, mais une fois encore, en infériorité numérique, en début de deuxième mi-temps, ils n'ont pas pu empêcher les Lyonnais de revenir au score puis de les éfouffer sans même leur laisser un bonus défensif. Ce revers plonge l'équipe castraise dans le doute. Battus pour la  quatrième fois en autant de déplacements, les Castrais n'ont toujours pas  réussi à ramener le moindre point de leurs matches à l'extérieur. La situation devient très inquiétante.

Brive se reprend

Toujours dans la deuxième partie du table, Brive respire après sa victoire sur Bordeaux-Bègles (34-24). Laminés la semaine dernière par Toulon, les Corréziens qui avaient beaucoup à se faire pardonner, ont utilisé les  ingrédients maison, une grosse conquête et une belle solidarité affichée  pendant une heure de jeu, pour s'imposer et quitter du même coup la zone de relégation. Pour l'UBB, qui ne s'est montrée digne que l'espace de vingt minutes en fin  de match, ce revers coupe la dynamique née de la victoire à La Rochelle la  semaine dernière. Et son baroud final fut trop tardif pour lui permettre de ramener un bonus défensif.   

Grenoble dompte le Racing

Pour l'autre équipe francilienne, en revanche cette soirée fut plus compliquée. Le Racing Métro n'a certes échoué que de deux points seulement à Grenoble (27-25), mais ce sont bien les Isérois qui ont dominé les débats en inscrivant trois essais (contre un seul au Racing à la dernière minute) par McLeod, Farrel et Ratini. 
Solides en défense, les Grenoblois ont été prompts à maîtriser les assauts de leurs adversaires jusqu'à la toute fin de match avant de craquer, laissant  échapper un point de bonus offensif.Cette victoire permet au club (20 points) de devancer son homologue francilien au classement et de s'installer dans le haut du classement.

Christian Grégoire