Le Stade Français
Le Stade Français | PHOTOPQR/LE PARISIEN

Le Stade Français étrenne son stade

Publié le , modifié le

Après deux matches à l’extérieur, le club de la capitale reçoit le Biarritz Olympique à l’occasion du match avancé de la 3e journée du championnat. Désormais doté du plus grand stade du Top 14 (20 000 places), Paris n’a pas le droit de se louper contre un concurrent pour l’Europe. Le match devrait se disputer à guichets fermés.

La grande foule est attendue ce vendredi soir pour l’inauguration officielle du nouveau Jean-Bouin. Après de nombreux recours, trois ans de travaux et des polémiques sur le coût total (157 millions d’euros), le stade du XVIe arrondissement de Paris va enfin pouvoir permettre aux supporters stadistes de revenir en masse encourager les leurs.

13 000 spectateurs de moyenne cette saison ?

Beaucoup d’entre eux avaient boudé Charléty (XIVe) sous prétexte qu’il était trop loin et qu’il y faisait froid en hiver (le stade, classé et plutôt joli architecturalement, était réputé pour ses courants d’air). Ils devraient investir par milliers les travées de cette nouvelle enceinte, magnifique et fonctionnelle (elle ressemble un peu, en plus petit bien sûr, au fameux nid d’aigle de Pékin).

Mais le Stade Français n’a pas le droit à l’erreur s’il veut attirer cette saison plus de 13 000 personnes, objectif avoué du club. Il lui faut des résultats car le Racing-Métro est monté en puissance ces dernières années au point de supplanter son rival comme l’emblème du Grand Paris.

Ngwenya et Baby de retour

Pour cet ancien choc de l’élite (personne n’a oublié la finale de 2005 remportée après prolongation par les Basques), Biarritz n’aura rien à perdre. Le BO pourra compter sur trois retours derrière: l'international  américain Takudwza Ngwenya, dont la sélection a été battue par le Canada dans  la course à la Coupe du Monde 2015, le Sud-Africain Joe Pietersen, arrivé au  club la semaine dernière, et Benoît Baby, remis d'une petite déchirure  musculaire. Côté infirmerie, les Biarrots seront toujours privés de leur  capitaine Imanol Harinordoquy, convalescent (genou), ainsi que du 2e ligne  Thibault Dubarry, qui s'est fracturé la clavicule gauche.

Morne Steyn sur le banc

Le manager du Stade français Gonzalo Quesada devrait choisir de renouveler en  grande partie sa confiance à l'équipe qui est allée s'imposer à Perpignan  (28-27) samedi. Selon l'entraînement de mercredi, effectué pour la première  fois dans le nouveau stade, le huit de devant devrait être inchangé,  avec une première ligne Vand der Merwe, Sempéré, Slimani, une deuxième ligne  Papé, Flanquart ainsi que Burban, Rabadan et Parisse en troisième ligne. Jules  Plisson, auteur du drop victorieux à Aimé-Giral, devrait bien tenir sa place à  l'ouverture en dépit de l'arrivée de la star sud-africaine Morné Steyn, sur la  pelouse mercredi.

Julien Dupuy, à qui il avait préféré Jérôme Fillol samedi  dernier, devrait revenir à la mêlée. Jonathan Danty fait sa rentrée au centre,  Julien Arias à l'aile et Hugo Bonneval à l'arrière. En revanche le Stade  français a vu son infirmerie se remplir avec la grave blessure ligamentaire à  un genou du centre ou ailier Jérémy Sinzelle, qui pourrait être indisponible  toute la saison. Le talonneur ou pilier Aled de Malmanche était également  préservé mercredi, visiblement touché à une cuisse.

Vidéo: Le Stade Français a enfin son stade

Voir la video

Julien Lamotte