Armitage Toulon Brive
Delon Armitage (RC Toulon) | DIARMID COURREGES / AFP

Le RC Toulon a réglé ses comptes avec Brive

Publié le , modifié le

Une semaine après la défaite concédée à domicile contre le Stade Français (28-24), le RCT s'est repris de très belle manière du côté de Brive (13-53), vendredi en ouverture de la 6e journée de Top 14. Les Varois en ont profité pour régler de vieux comptes avec une équipe, qui ne leur avait jamais vraiment réussi au stade Amédée-Domenech.

Toulon a retenu la leçon de la saison passée. Animés d’un esprit de revanche, après s’être inclinés au stade Amédée-Domenech (23-20) l’an dernier, les champions de France et d’Europe n’ont pas répétés les mêmes erreurs contre Brive (13-53) vendredi en ouverture de la 6e journée de Top 14. Le RCT, pas épargné par les blessures, Frédéric Michalak devant rester éloigner des terrains pour un minimum de trois mois, a tout de suite rebondi après sa défaite à domicile face au Stade Français (24-28). Les Varois reprennent provisoirement la tête aux dépens de Clermont.

Depuis leur retour dans l'élite, les hommes du président Boudjellal n'avaient empoché la victoire qu’une seule fois en Corrèze. C'était en 2010. Quatre ans plus tard, leur deuxième succès a mis un peu moins d'une demi-heure à se dessiner. Les Brivistes, dépassés après quinze minutes et le premier essai d'Armitage (25e, 3-8), ont craqué et Marais pour un coup de coude sur Taofifenua a écopé d'un rouge. Le RCT, en supériorité numérique jusqu'à la fin, en a logiquement profité pour dérouler son rugby et prendre une avance confortable (Wulf 31e, 3-15 puis Mitchell 33e, 3-20). Koyamaibole, malgré un essai entaché de deux en-avants, et Germain par le biais d'une pénalité, ont stoppé l'hémorragie du côté des Corréziens (40e, 13-22). Temporairement...

Revenu le couteau entre les dents, Toulon a continué d'aligner les essais. Mermoz (48e, 13-27), passé outre un plaquage désespéré, Armitage (53e, 13-34), Tillous-Borde (56e, 13-41) ont assuré le bonus offensif. Non content d'infliger une correction à Brive, Wulf a aplati deux nouvelles fois derrière l'en-but (67e, 13-46 puis 80e, 13-53). Histoire de montrer qui étaient les plus forts.