Van Der Merwe Racing-Metro UBB
François Van Der Merwe en duel avec Félix Le Bourhis. | Francois Van Der Merwe

Le Racing souffre mais s'impose

Publié le , modifié le

Le Racing-Métro a rejoint provisoirement Clermont à la 4e place du Top 14 en s'imposant avec beaucoup de difficultés devant Bordeaux-Bègles (12-9) samedi lors de la 15e journée. Dans les matches très importants de la journée pour la fin de tableau, Brive a pris un peu d'air en battant Bayonne (25-9) et Castres a disposé (30-15) de la Rochelle, désormais lanterne rouge.

Un Racing petit bras

Si le Racing-Métro a assuré l'essentiel en prenant le meilleur sur  Bordeaux-Bègles, un concurrent direct à la qualification pour la phase  finale, samedi à Colombes, on ne peut pas dire que ce fut avec la manière tant les deux équipes ont rendu une copie indigente. 

Ce succès expose cependant les limites du Racing qui avait clairement ciblé ce match. Sans inspiration, il a multiplié les attaques en reculant, ne  franchissant pratiquement pas une défense bordelaise bien resserrée, agressive et à l'extrême limite du hors-jeu sur certaines séquences.  Du côté de l'UBB, en tête à la pause (9-6), on pourra se mordre les doigts ne pas avoir su exploiter dix minutes en supériorité numérique au coeur de la seconde période après le renvoi du deuxième ligne du Racing François van der  Merwe pour fautes répétées.Au final peut-être vaudrait-il mieux oublier ce match insipide dont le  trait saillant est le nombre incalculable d'en-avant qui ont gâché le  spectacle. Certes, on invoquera d'abord le fort vent, le terrain gras et de qualité inégale et la bruine tenace qui ont empêché les acteurs d'exprimer tout  à fait leur talent. Mais les quelque 7000 courageux qui ont fait le déplacement au stade Yves-du-Manoir n'ont vu qu'un brouet de rugby, animé par les stridents coups de sifflet de l'arbitre Sébastien Minéry et par la réussite aléatoire des buteurs  Maxime Machenaud (quatre pénalités) et Lionel Beauxis (trois pénalités). Il n'y eut en fait que les dix dernières minutes pour apporter leur lot de suspense,  les deux équipes pressentant l'urgence de décrocher un résultat positif et donc de s'exposer davantage.

Cela s'est fait au détriment de l'UBB qui voyait Maxime Machenaud réussir deux pénalités (72, 76) pour prendre les commandes du match. Et ne plus les  lâcher, en dépit d'une tentative, ratée, de Lionel Beauxis pour égaliser à deux minutes de la sirène (78).

Avec 41 points, les Franciliens (4e) rejoignent Clermont (3e) qui recevra  dimanche le Stade Toulousain à Marcel-Michelin en clôture du 15e épisode de la  saison.
Bordeaux-Bègles (36 points) s'en tire avec des regrets et un maigre point  de bonus défensif. L'UBB pourrait même sortir du wagon des six en cas de  victoire de Toulouse dimanche.

Le CO se reprend, Germain sauve Brive

Les Castrais mal en point avaient besoin de reprendre des couleurs. Ils ont profité de la venue de leur principal rival pour le maintien pour le faire. Les Tarnais n'ont d'ailleurs pas fait de détail, en entrant dans le match avec détermination, inscrivant trois essais en première période et s'appuyant sur leur buteur Palis pour faire gonfler le score (25-8 à la pause). Les Rochelais n'ont pu que subir même s'ils ont retiré le bonus défensif au CO en fin de match.  A Brive, l'arrière Germain a sorti le grand jeu pour permettre la victoire de Corréziens face à Bayonne. Avec six pénalités, assorties d'un essai et d'une transformation, Germain a signé la victoire des siens face à des Bayonnais empruntés.  

Défait lors de ses deux dernières sorties, Grenoble s'et rassuré en corrigeant Oyonnax sur sa pelouse (33-19) à l'issue d'un âpre derby rhônalpin.Grenoble a bâti sa huitième victoire de la saison grâce au travail de sape  de ses avants. Cette rencontre disputée  de bout en bout permet aux Isérois de rester aux avants^postes (5e) mais marque en revanche un coup d'arrêt pour Oyonnax, qui se maintient de justesse en dehors  de la zone dangereuse

Christian Grégoire