Le Racing se rassure face au Stade Français

Le Racing se rassure face au Stade Français

Publié le , modifié le

Le derby francilien de la 8e journée tu Top 14 samedi à Colombes a tourné à l'avantage du Racing 92 qui s'est imposé en toute fin de match face au Stade Français (29-22). Les champions de France sont allés arracher un succès dont ils avaient grandement besoin après un début de championnat chaotique.

Pourtant, rien n'était acquis avet cette rencontre et le défi s'annonçait d'autant plus rude que les esprits étaient marqués par les révélations sur une prise de corticoïdes par Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff avant la finale du dernier Top 14. Ce qui avait eu pour effet de mettre un peu de de tension du côté des Racingmen. S'ils ont connu une première période difficile, les protégés de Labit et Travers ont remis la main sur la ballon après la pause et ont surtout trouvé les ressources pour faire la différence sur la dernière mêlée. L'essentiel est assuré pour le champion de France, qui se replace à portée des six premières places desquelles il s'était un peu éloigné après ses deux défaites en déplacement à Castres puis Brive.

La première période a d'abord laissé penser que les Franciliens avaient la tête ailleurs, affectés par cette histoire de corticoïde et sur les sanctions qui pourraient être prononcées. Ils n'ont ainsi passé que quelques secondes dans les 22 mètres du Stade Français, uniquement lorsque Juan Imhoff, justement -- Rokocoko était aussi titulaire alors que Carter était en tribunes, blessé -- a intercepté une passe hasardeuse de Julien Dupuy pour filer aplatir le premier essai (7e). Le reste du temps, ils n'ont fait que subir les assauts parisiens qui auraient pu, avec plus de justesse en attaque et de maîtrise en défense, virer avec un avantage à la pause plus important que six points (16-10). Car il a fallut un essai d'ailier d'Arias pour qu'ils puissent faire un break avant la pause.

Leur seconde période a été meilleure pour les Racingmen. Ils ont davantage tenu le ballon, ont pris l'ascendant en conquête et poussé les Stadistes à la faute pour prendre les devants grâce à la botte de Maxime Machenaud. Avant de s'arracher, donc, alors que leur voisin était revenu à égalité (pénalité de Plisson, 75e), pour obtenir un succès capitan sur un essai de Camille Chat, peu avant la sirène, concrétisant une série de pickand go. Les Racingment privaient ainsi leurs adversaires du jour d'un point de bonus défensif qu'ils auraient pourtant mérité de ramener.
 

Christian Grégoire