Jonathan Sexton Racing Metro
Jonathan Sexton (Racing Metro) | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Le Racing baillonne l'Aviron

Publié le , modifié le

Le Racing Metro a infligé à l'Aviron Bayonnais sa première défaite de la saison à domicile au terme d'un match âprement disputé en cloture de la 6e journée de Top 14 (16-19). Grâce à ce succès, les Franciliens se replacent dans la course aux premières places alors que les Basques s'enfoncent dans les profondeurs du classement.

Le Racing-Metro continue de se chercher mais, peu à peu, il trouve des solutions dans les vertus collectives et la solidarité. Au courage, les Ciel et Blancs ont infligé à Bayonne son premier revers de la saison au Stade Jean-Dauger. Mais que cela fut poussif. La pluie persistante n'a certes pas aidé mais les 30 acteurs n'y ont pas mis du leur non plus. 6-6 à la pause et un match complètement bloqué, les occasions de s'enthousiasmer étaient rares pour ne pas dire inexistantes. 

Il aura fallu une charge des avants bayonnais, et un essai accordé à Fa'aoso (53e) pour débrider la rencontre. Menés au score, les partenaires de Fall répliquaient à l'identique, par une série de pick and go qui envoyaient Gérondeau derrière la ligne (16-17, 61e). Jonathan Sexton, 14 points au final, passait la transformation et donnait un court avantage aux siens. Court mais définitif puisque les Racingmen parvenaient à le conserver jusqu'au bout pour signe leur première victoire de la saison à l'extérieur. 

Déclarations : 

Laurent Labit (entraîneur du Racing  Métro): "Les conditions climatiques sont venus renforcer l'état d'esprit et  notre volonté de jamais lâcher, même quand Bayonne a repris le score. On a un  vrai collectif, un vrai groupe. On est satisfait de cette victoire à  l'extérieur dans ce championnat très compliqué. Ca nous enlève une certaine  pression pour le prochain match à domicile (contre Bordeaux-Bègles, ndlr)".
   
Christian Lanta (entraîneur de Bayonne): "C'est une mauvaise soirée parce  que dans l'état d'esprit, on y était, comme dans le volume et le combat. On a  montré beaucoup de bonnes choses mais dans des matches comme ça, les détails  comptent. Pour l'instant je fermais ma gueule, mais aujourd'hui, c'en est un  petit peu trop avec l'arbitrage. Je crois qu'il y a deux arbitrages, un pour  les gros, un autre pour les petits".

Julien Lamotte