Le Racing accroché par Montpellier

Le Racing accroché par Montpellier

Publié le , modifié le

Montpellier a réussi une grosse performance en allant faire match nul (24-24) sur le terrain du Racing-Métro pour le compte de la 22e journée du Top 14. Les Franciliens ont pourtant eu longtemps le match en main, comptant jusqu'à 14 points d'avance sur des Montpelliérains fébriles, lesquels ont su pourtant se remettre sur de bons rails en deuxième période. Les Héraultais ont profité des fautes du Racing pour refaire leur retard au pied. Les Ciel et Blanc auraient pu pourtant s'en sortir mais ils ont manqué la pénalité de la gagne à la dernière seconde.

Moins d'une semaine après sa cruelle élimination en Coupe d'Europe (défaite à l'ultime minute) le Racing -Métro devait rebondir en championnat dans un match à fort enjeu entre deux prétendants à la phase finale. Une place dans les six premiers à laquelle s'accroche les Racingmen, mais qui est également convoitée par des Montpelliérains qui ont connu un début de saison chaotique et sont bien décidés à tout faire pour rattraper le temps et les points perdus.

Le Racing craque encore dans les dernières minutes

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les hommes du duo Labit-Travers qui n'avaient pas eu trop le temps de ruminer leur désillusion européenne, ont tout fait pour effectivement rebondir. Ils sont entrés sur la pelouse avec beaucoup d'envie, se sont employés à prendre le match par le bon bout, en mettant une énorme pression sur des Montpelliérains qui restaient sur sept défaites à l'extérieur. Après vingt-minutes, le Racing avait déjà franchi deux fois la ligne héraultaise par Claassen et Machenaud. Ces mêmes joueurs allaient encore marquer chacun une fois dans les premières minutes de la deuxième mi-temps. A l'heure de jeu, le Racing menait 24-10, puisque Montpellier avait inscrit un essai en force par Nariashvilli.    

Le Racing semblait tenir son rang, avec le bonus offensif en poche. Mais, comme face aux Saracens en Coupe d'Europe la semaine dernière, les Franciliens se sont alors soudainement compliqués la tâche en laissant leurs adversaires revenir dans les dernières minutes, Par un essai de Nagusa, mais surtout trois réalisations du buteur Ben Lucas. Les joueurs du Racing pouvaient se prendre la tête à deux mains au coup de sifflet final et regretter d'avoir laissé filer un succès qui leur tendait les bras. Pour Montpellier, ce partage des points a en revanche un goût de victoire et lui permet de se relancer dans la course aux phases finales.

Christian Grégoire