LOU- Pau
Lyon-Pau | Maxppp - Philippe Juste

Le Lou s'en sort de justesse devant Pau

Publié le , modifié le

Lyon a obtenu un succès précieux (27-22) face à Pau, un concurrent direct pour le maintien, dimanche lors de la 8e journée de Top 14. Le LOU a fait la différence en première période, en inscrivant deux essais, mais les Palois sont restés au contact en profitant des fautes lyonnaises et ont été dangereux jusque dans les dernières minutes.

Après une entame de match ratée (0-6, 14), le LOU, toujours invaincu à domicile (un nul, trois victoires), profitait du carton jaune infligé au deuxième ligne palois, Daniel Ramsay (19), entré en jeu une minute plus tôt, en remplacement du capitaine et deuxième ligne, Julien Pierre, blessé, pour prendre le score. Deux lancers en touche dans les vingt-deux mètres adverses étaient convertis en autant d'essais. Le premier était marqué en force par Taïasina Tuifua (7-6. 20). Le deuxième a été inscrit sur un éclair Frédéric Michalak, titularisé pour la première fois de la saison à la mêlée, parti derrière un groupé pénétrant (14-6. 24). Tête de gondole du recrutement lyonnais cet été, Michalak a été très impliqué dans la victoire de son équipe, jusqu'à la 55e minute, moment de son remplacement par l'Argentin Agustin Figuerola. Outre son essai, l'ancien international (33 ans) a également passé trois transformations et deux pénalités.

Dominateur en mêlée, l'un de ses points forts, Lyon enfonçait le clou dans ce secteur de jeu après la pause. Alors que le pack lyonnais se dirigeait vers l'en-but adverse, une nouvelle faute paloise incitait l'arbitre, M. Descottes, à accorder justement un essai de pénalité (27-15, 54), donnant provisoirement le bonus offensif à Lyon. Trois pénalités ratées - par Michalak (10) son unique raté, Delon Armitage (38) et Mike Harris (74) - ont toutefois empêché les locaux de s'échapper définitivement au score.

Pau alimentait la marque grâce à la botte du centre néo-zélandais, Tom Taylor, auteur d'un sans-faute (5 pénalités, 1 transformation). En seconde période, Watisoni Votu trouvait enfin l'ouverture (27-22, 65), privant Lyon du bonus offensif. Un dernier baroud d'honneur dans les ultimes minutes faisaient passer un frisson dans la défense lyonnaise mais Pau partait de trop loin.

Christian Grégoire